Page:Sima qian chavannes memoires historiques v3.djvu/546

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ce projet, Il recruta plusieurs myriades de travailleurs pour faire les canaux et les champs. Au bout de quelques années, le Ho changea son cours et les canaux ne furent plus d’aucune utilité ; ceux qui cultivaient les champs ne purent même pas avoir de quoi compenser leurs ensemencements. A la longue, les canaux et les champs à l’est du Ho furent abandonnés ; on donna (ces terres) à des gens du pays de Yue et le chao-fou reçut l’ordre de ne faire rentrer les taxes que graduelle- ment529-1.

Après cela, un homme adressa une requête à l’empereur pour proposer d’ouvrir un chemin par les rivières Pao529-2 et Ye et de s’en servir pour le transport des grains. L’affaire fut déférée au yu-che-ta-fou Tchang T’ang, qui

Chan-si ; le grain qu’on y aurait récolte n’aurait pas coûté plus cher que celui du pays à l’intérieur des passes, puisqu’il suffisait de lui faire remonter la rivière Wei pour l’amener jusqu’à Tch’ang-ngan ; d’ailleurs on s’imaginait que la moisson qu’on recueillerait sur ces champs nouveaux suffirait à tous les besoins de la capitale et qu’il ne serait plus nécessaire de transporter du grain d’au-delà de Ti-tchou, le parage dangereux dans la navigation du Hoang-ho (cf. p. 528, n. 2).

529-1. Le pays de Yue avait pour capitale la ville actuelle de Canton ; les gens de ce pays étaient habitués aux terres marécageuses ; lorsque l’empereur transporta un grand nombre d’entre eux dans ses états, il leur donna les terrains qu’on avait vainement essayé de fertiliser ; le chao-fou, ou intendant des finances privées de l’empereur (cf. tome II, p. 519, n° XVII), reçut l’ordre de ne pas réclamer immédiatement la totalité des taxes aux colons établis dans cette région peu favorisée.

529-2. La rivière Pao -- passe près de la sous-préfecture de Pao-tch’eng ----. préfecture de Han-tchong, province de Chàn-si ; elle se jette dans la rivière Mien -- , nom sous lequel est connu le haut cours de la rivière Han -- , affluent du Yang-tse. Si on remonte au nord la rivière Pao jusqu’à sa source et si on traverse le massif montagneux d’où elle sort, on trouve, sur le versant septentrional de ce massif, la source de la rivière Ye, ou rivière de la vallée