Page:Sophocle, trad. Leconte de Lisle, 1877.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée




ANTIGONÈ.

Prends courage, vis ! Pour moi, mon âme est déjà partie et ne sert plus qu’aux morts.


KRÉÔN.

Je pense que l’une de ces jeunes filles a perdu l’esprit et que l’autre est née insensée.


ISMÈNÈ.

L’esprit des malheureux, ô roi, ne reste pas ce qu’il a été et change de nature.


KRÉÔN.

Certes, le tien est changé, puisque tu veux avoir mal agi de moitié avec les impies.


ISMÈNÈ.

Comment pourrai-je vivre seule et sans elle ?


KRÉÔN.

Ne parle plus d’elle, car elle n’est plus désormais.


ISMÈNÈ.

Tueras-tu donc la fiancée de ton propre fils ?


KRÉÔN.

On peut ensemencer d’autres seins.