Page:Sophocle, trad. Leconte de Lisle, 1877.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Autant que tu le voudras, jouis de tes richesses dans ta demeure et de l’orgueil de la tyrannie ; cependant, si tu ne possèdes pas la joie, je n’achèterais pas tout cela, comparé au bonheur, pour l’ombre d’une fumée.


LE CHŒUR.

Quelle nouvelle calamité des rois viens-tu nous annoncer ?


LE MESSAGER.

Ils sont morts, et les vivants ont été cause de leur mort.


LE CHŒUR.

Qui a tué ? qui est tué ? Parle.


LE MESSAGER.

Haimôn est mort : il a été tué de sa main.


LE CHŒUR.

De la main de son père ou de sa propre main ?


LE MESSAGER.

De sa propre main, étant irrité contre son père à cause du meurtre d’Antigonè.


LE CHŒUR.

Ô divinateur, combien ta prédiction était certaine !


LE MESSAGER.

La chose étant ainsi, il faut songer au reste.