Page:Stendhal - Vie de Henri Brulard, t1, 1913, éd. Debraye.djvu/84

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enfance et première éducation, de 1786 à 1800 
 15 ans.
Service militaire de 1800 à 1803 
 3 —
Seconde éducation, amours ridicules avec Mlle Adèle Clozel et avec sa mère, qui se donna l’amoureux de sa fille. Vie rue Angivillier. Enfin beau séjour à Marseille avec Mélanie, de 1803 à 1805 
 2 —
Retour à Paris, fin de l’éducation 
 1 —
Service sous Napoléon, de 1806 à la fin de 1814 (d’octobre 1806 à l’abdication en 1814) 
 7 1/2
Mon adhésion, dans le même numéro du Moniteur où se trouva l’abdication de Napoléon. Voyages, grandes et terribles amours, consolations en écrivant des livres, de 1814 à 1830 
 15 1/2
Second service, allant du 15 septembre 1830 au présent quart d’heure 
 5 —


J’ai débuté dans le monde par le salon de Mme de Vaulserre, dévote à la figure singulière, sans menton, fille de M. le baron des Adrets et amie de ma mère. C’était probablement vers 1794. J’avais un tempérament de feu et la timidité décrite par Cabanis. Je fus excessivement touché de la beauté du bras de Mlle Bonne de Saint-Vallier, je pense, je vois la figure et les beaux bras, mais le nom est incertain, peut-être était-ce Mlle de Lavalette.