Page:Stevenson - Enlevé !.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ENLEVÉ !

Mémoires relatant les aventures
de DAVID BALFOUR en l’an 1751.


CHAPITRE PREMIER

JE PARS POUR ME RENDRE À LA MAISON DES SHAWS


Je commencerai le récit de mes aventures aux premières heures d’une certaine matinée du mois de juin, en l’an de grâce 1751, au moment où je retirai pour la dernière fois de la serrure la clef de la porte paternelle.

Le soleil brillait déjà sur le sommet de la colline, quand je descendis sur la route ; et quand je fus arrivé au presbytère, les merles sifflaient dans les lilas du jardin et le brouillard épandu par la vallée, à l’aube, se levait pour se dissiper graduellement.

M. Campbell, le ministre d’Essendean, m’attendait, le brave homme, à la porte du jardin.

Il me demanda si j’avais déjeuné, et quand il eut appris que je n’avais besoin de rien, il prit ma main dans les siennes et la mit avec bonté sous son bras.