Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/422

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dresse pour vous, mon cher et digne père.

— C’est bien joué, pensa Rodin ; mais, moi, on ne me prend pas sans vert, et ce n’est que dans le royaume des aveugles que les borgnes sont rois.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Le soir du jour même où cette scène s’était passée entre le jésuite et son nouveau socius, Nini-Moulin, après avoir reçu en présence de Caboccini les instructions de Rodin, s’était rendu chez madame de la Sainte-Colombe.




XIII


Madame de la Sainte-Colombe.


Madame de la Sainte-Colombe, qui au commencement de ce récit était venue visiter la terre et le château de Cardoville dans l’intention d’acheter cette propriété, avait fondé sa fortune en tenant un magasin de modes sous les galeries de bois du Palais-Royal, lors de l’en-