Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/502

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


redressa dans toute la sauvage majesté de son triomphe infernal, et s’écria :

— Nous sommes au 1er juin… il n’y a plus de Rennepont !… Il me semble entendre sonner l’heure à Saint-Pierre de Rome !…




XVIII


Un message.


Pendant que Rodin restait plongé dans une ambitieuse extase en contemplant le portrait de Sixte-Quint, le bon petit père Caboccini, dont les chaudes et pétulantes embrassades avaient si fort impatienté Rodin, était allé trouver mystérieusement Faringhea, et, lui remettant un fragment du crucifix d’ivoire, lui avait dit ces deux mots, avec son air de bonhomie et de joyeuseté habituelles :

— Son Éminence le cardinal Malipieri, à mon départ de Rome, m’a chargé de vous re-