Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


son assentiment un peu forcé ; mon ami… que faites-vous ?…

— J’appelle votre sauveur et le nôtre, répondit Agricol, ivre de bonheur et certain du bon succès de l’intervention de Gabriel auprès de M. Hardy.

Se rendant à l’appel du forgeron, bientôt Gabriel entra dans la chambre de M. Hardy.





VI


Le réduit.


Nous l’avons dit : aux abords de plusieurs des chambres occupées par les pensionnaires des révérends pères, certaines petites cachettes étaient pratiquées, dans le but de donner toute facilité à l’espionnage incessant dont on entourait ceux que la compagnie voulait surveiller : M. Hardy se trouvant parmi ceux-là, on avait ménagé auprès de son appartement un réduit mystérieux où pouvaient tenir deux personnes ; une sorte de large tuyau de cheminée aérait et éclairait ce cabinet où aboutissait l’orifice d’un