Page:Tahureau - Les Dialogues, éd. Conscience, 1870.djvu/170

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
140
SECOND DIALOGVE

vn petit liuret qu’il tenoit ^ainfi qu’il m’afTura) plus cher que fa propre vie tout rempli de nouuelles manières de parler, &. tout autrement caraélerizé que les autres, à celle fin de n’eflre entendu que de luy. D’vn autre coflé ce Monfieur le foldat qui luy aidoit à foufler &. entretenir le feu durant ces cimens & abftraftions quint-efientiales, ne m’en monftroit pas moins, l’vn à grand peine aiant dit deus mots de fon propos que l’autre ne luy vint rompre pour en dire vn tout nouueau. Et ce pendant ils iuroyent tous deus d’affés bonne grâce comme ils auoyent congelé & fixé le Mercure, & rendu en la plus belle Lune qu’il eftoit poffible, mais qu’il fe trouuoit encores vn peu aigrét defoubs le marteau : Qu’il ne s’en failioit plus que le moins du monde, qu’ils n’euffent trouué.vne teinture au rouge, ou autrement pour le Soleil : Comme ils auoient trouué vne inuention fort aifee auecques les herbes (quoi qu’en dit Geber au contraire) par laquelle ils rendoient le Venus en Lune, voire à tenir iufques à l’effai de la coupelle ou cendrée, & que c’efloit à faire aus petis enfans &. apprentis de la blanchir feulement, &. la rendre bonne à l’efpreuue de la pierre de touche, ce que Cardan en fon liure fixiefme traittant des metaus, penfant bien auoir déclaré quelque grand &. caché fecret, enfeigne en deus ou trois manières : puis ils adioutoyent d’auantage qu’il ne falloit point qu’Arnauld de Ville-neufue taxaft ainfi le Moine qui a compofé le liure de la fleur des fleurs, l’appellant impofleur &. méchant, pour autant qu’il a voulu (à ce qu’il dit) en abufer d’autres par ces œuures, comme il s’en eft trouué lui-mefme, par d’autres, & fe faire par ce moyen