Page:Tannery - Pour l’histoire de la science Hellène.djvu/340

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compléteraient, les plaisirs résultent de l’union des choses semblables et congénères....



FRAGMENTS D’EMPÉDOCLE


Préambule. — Il est une loi fatale, un antique décret des dieux, | à jamais confirmé par leurs serments sans réserves : | si quelqu’un, par sa faute, souille sa main d’un meurtre | ou s’il ose violer un serment, |5| (lui, daimone dont la vie s’étend dans les siècles), | pendant trente mille saisons il errera loin des bienheureux, | revêtant successivement les formes mortelles de toutes sortes, | passant de l’un à l’autre des douloureux sentiers de la vie. | Tel je suis aujourd’hui exilé loin des dieux, errant, |10| soumis aux fureurs de la Haine..... | car j’ai déjà été garçon et fille, | et arbrisseau et oiseau et dans la mer un muet poisson. | ..... Hélas ! pourquoi un jour sans pitié ne m’a-t-il pas détruit, | avant que mes lèvres eussent connu l’œuvre criminelle de la nourriture ?..... |15| Loin de quel honneur, de quelle félicité sans bornes | suis-je misérablement déchu dans les régions mortelles ! | .....

J’ai pleuré, j’ai sangloté en voyant cette demeure inaccoutumée | ..... cette demeure sans joie | où le Meurtre, le Ressentiment et le reste des Kères |20| [les maladies repoussantes, les contagions, les œuvres périssables] | parcourent la ténébreuse prairie d’Até | ..... Là étaient la Terrestre et la Solaire aux yeux perçants, | la Guerre ensanglantée et l’Harmonie au doux regard, | la Beauté et la Laideur, la Lenteur et la Hâte, |25| l’aimable Sincérité, la Dissimulation à l’œil sombre | … la Naissance et la Mort, la Torpeur et la Veille, | la Mobilité et l’Immobilité, la Grandeur couronnée | et l’Humilité, la divine Taciturnité et la Parole | ..... Nous arrivâmes sous cet antre couvert. | .....

30| Hélas! race infortunée des misérables mortels, | de quelles disputes, de quels gémissements vous êtes nés !..... | Le vaste éther les repousse dans la mer, | la mer les rejette sur le soi dé la terre, la terre dans les flammes | de l’infatigable soleil, et celui-ci dans les tourbillons de l’éther. |35| Reçus par l’un après l’autre, ils sont partout en horreur. | .....

Étroites sont les ressources que leur offre le corps, | et là-dessus,