Page:TheatreLatin1.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


22 PLAUTE. Alcm Pourqupi n avez tous pas amene non Ju];. Faites preparer, je vous prie, les vases parent Nauerates. Vous avez annoncé que vous le destmes aux sacrifices, alin que jeccomplîsse les condutriez ici, et quil rendrait temoignage que V(I!\lX que _] ai faits aux dieux, pour mon heureux vous n etiez pas revenu cette nuit? retour. Jup. Ne prenez donc pas au sérieux tout ce que Alcm. J'en aurai soin. je n’ai dit que pour rire et par amusement. Jup. Qu’0n appelle Sosie, et qu’i| aille cl1er· Alcm. Cet amusement m’a blessée jusqu’au fond cher.Blépharon, le pilote du vaisseau dans lequel du cœur. · . ` Je SUIS venu. Je VCUX qLl’Il dine avec nous. (Apm-5,) I Jap, Panvotre mam que je touche, Alomeîlei Quant Il Sosie, il ne dînera point, et l`on rim il gc; Je vous conpire de me pardonner., _ " drpens. Pour Amphitryon, je me charge deu; mg;- Alcm. Vos Calomnles etaient detrultes rl avance tre dehors. parma coràduite; mais puisque vous me faites grâce AIcnt.,` à part. Qu’a-tîil donc? et de quoi se , ,ip`rcsc•nt es mauvaises actions, je veux me lnvüfe parle-t-1l a lui-meme? Mais la porte s'ouvm; gt je D l 21l)l‘l l.l8S IUIIIIVZIIS (llSC0l,lI‘S. Sé1]ZIl‘OllS·DOllS§ 1'8· v()]5 venir S0gie_ prenez vos biens, et rendez-moi ce qui m’appar· SC « tient. Ordonuez à mes femmes de me suivre. ENE IH- Jup. Y pensez—vous, Alemènei . . . . JUPITER SO l ‘ · Alarm. Si vous me refusez, je partira: seule. llla ’ S E" ALCMÈm" vertusera ma compagne. Sos. Mon maître, me voici prêt En exécuter vos Jup. Arrêtez; demeurez;je suis prêt a faire tous ordres. les serments que vous voudrez pour attester que JMJ. Fort bien; j'ai besoin de toi, je crois fermement à la vertu demon épouse. Si je Sos. La paix est donc rétablie entre vous? ie vous trompe en cela , je t`en conjure, ô grand Jupi· m`8l1 1'¤_|0\1lS; c‘est un grand plaisir pom- moi Qc ter, fais éclater à jamais ta colère sur Amphitryon. vous retrouver cn bonne intelligence. Que doit faire Alcm. Ah! plutôt qu‘il lui soit àjamais favora- un brave homme d’esclave? Se conformer à I'lm- blc! meur de ses maîtres, composer son visage sur le jy]; Il le 53;-3 ’ cr()y9z·m0i; car l]’l0Il Serlhent lëllïî, êlïë triste 5,llS SOIN Cl]ilgl'lllS; joyeux 5’i]s est sincère. Eh bien! êtes-vous encore fâcltéer sont contents. Mais dites·moi , vous n’etes donc Alcm. Mon ami .... plus fachés l’un contre l`autre? Jup. Gest bien à vous. Voilàre qui arrive souvent Jap. Tu railles, apparemment; tu sais bien que dans la vie humaine; on a des plaisirs; on a du de ma part ce n’était qu’un jeu. chagrin. On se brouille; on se raccommodeg et Sos. Un jeu, dites-vous? Je vous proteste que lorsqifentre des personnes quisimcnt ils’est élevé j'ai bien cru que c’était tout de bon. de ces petits nuages, et que ees nuages se sont en- Jup. On m’a pardonné; la paix est faite. suite dissipés, on est deux fois meilleur ami qu’au- abs. Tant mieux. paravant. Jup. Je vais dans ma maison faire un sacrifice, Alcm. Vous auriez dû nfépargncr de pareils dis- pour accomplir mon vœu. cours; mais puisque vous m’en faites réparation, Sos. Fort bien. il faut bien que je vous pardonne. Jup. Va de ma part chercher Blépharon, le pilote Tcsuzm quem dudum te adducturum dixeras , Ut, quan apud legionem vota vovi, si donmm Te hun non venlsse? Jup. Si quid nlictunfst per jocum, Bedissem saivos, ea ego exsolvam omnia. Non a2quom’st id te scrio prœvcrtier. Alcm· Ego istuc combo. J up. Evocate huc Sosiani; Alcm. Ego illud scio quam doluerit oordi mec. Cubcrnatorem , qui in mea navi [uit, Jup. Per dexterum tuum te, Alcumcna , cro, ubsecro, Blepharonom arcessat, qui nobiseum prandeal. Da mihi liant: veniam : igncsce; tram ne sics seorsum. Alcm. Ego istœc fecl verba vlrlute inrlta : Is adeo impransus ludilieabitur, N nc quando lactis me inputlicis abslincs , Quom ego Amphilruonem collo hinc ohstriclo traliam. Ab inpurlicis dictis avorti volo. Alcm. Mirum quid solus aecum secrelo ille agatl Valras, tlbi habeus res tues, reddas mens. 1 Atque aperiuutur œdœ : exit Sosia. Juben' mi ire comites? Jup.Sanan’es? Alcm. S non jolies, _ iito egomct , comitem pudicitiam duxero. SCENA TERTIA- Jnp. Mano, arbilrulu tuojusjurandum dabo, , SCSI" JUPITER ALCMENA Me meam pudicam esse uxorem arbitraricr. ’ ’ ' ill ego si (allo, ium te, summe Juppiler, Sos. Amphilruo, anlsum : si quid opus est, impers : impe- Quuzso, Ampliilruoni ul semper iratus sies. rium cxseqnar. Atom. Ah! propitius si! potius. Jup. Conlide forts: Jap. Optume advenis. So.1.Jam pax est inter vos duos? I Nam jusjurnndum verum te advorsum dcnli. Nam quia vos tranquilles video , gauileo et volupe`sl. milii. Jam mmc irata non es? Atom. Non sum. Jup. Bene lacis. Atque ita servom par vidvtur frngi sese iuslituerc, main in liomlnum eclate mullzt eveniunl liujusmodi : Proinde, lieri ut niut, ipse item sil : voltum e voltu conparet, (Iapiunl. voluplales, capiunt rursuin miserins. Tristis sit, si hori sint tristes; hilarus sit, si gautleuut. Ira: intervcuiunt, redount rursum in gratiam. Sail aire, respomle : jam vos redislis in conçordiam? vcrum ira: si quze forte eveniunl hujusmomli. Jup. Durides, qui sois tuer: jam dudum me tlixisso per jocum. lnlor cos , rursum si revcotutn in graliam’st, Sos. Ad id jom ilixisli? equiclem serie ao vero ratus. Ilisizmto amici sont inter se, quant prins. Jnp. llabui expurgalionom; facta pax est. Sus. 0plumc’sl. Alcm. Primum cavisse oporluit ne diceres; Jap. Ego rem divinam inlus laciam, wta qua: sunl. Sus. Verum cadem si isdem purgas, mihi patiuuda sunt. I (Jensen. Juqi. Julie vero vasa pura adornari milii, , 1 Jap. 'l`u gubcrnatorcm a navi imc evoca ieibis mais