Page:TheatreLatin1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


32. PLAUTE. ACTE V, SCÈNE Ill. des hommes, de Jupiter; il il dit qu’il avait em- bord, apprends que j'ai dérobé les faveurs d'Alc· ployé la feinteypour coucher avec Alcmène, et qu’il mène, et qu'elle est devenue grosse d`un üls qui est le pere de I enfant vamqueur des deux serpents; est le mien. Tu l'avazs aussi laissée enceinte en que l’autre est votre hls. partant pour l'armée, et elle est accouchée de deux Amph. Par Pollux! je ne puis être fâché de me enfants à la fois. Celui des deux qui tire de moi trouver en societé avec Jupiter. Rentre dans la son origine te couvrira par ses travaux d'u¤e gloire maison; fais-mol sur-le-champ preparer des vases immortelle. Heprends toute ta tendresse pour Alc- purs ; je veux me rendre le roi dos dieux favorable , mène; rentre en bo nue intelligence; tu ne peuxjus- en lui offrant de nombreuses victimes. Je vais aussi tement lui faire aucun reproche sur ce qui s’est

 le devin Tirésias, pour le consulter sur ce passe. Elle aété forcée par ma puissance à faire

que je dois faire; jelui raconterai tout ce qui vient ce qu’el|e a fait. Je retourne dans le ciel. de se passer. Mais qu’est-ce?... Quel coup de ton- _ ncrre! O dieux! ayez pitié de moi! SCENE ·I1I. SCÈNE II. xuvuirurox, nnosm. L *È“5· -lUl’ïTÈ“· _ Ampli. O Jupiter! je ferai ce que tu nfordon- Jap. Prends courage, Amphltryon; c`€Sî mol- nes; et je te eonjure de me garder tes promesses, même qui viens te protéger, toi et les tiens. Tu Je vais là dedans retrouver ma femme , et je ne fe- n’as rien à craindre; laisse là les devins et les rai point venir le vieux Tirésias. aruspices. Je te dirai plus sûrement qu’eux A présent , spectateurs , applaudissez de toutes le passé et l‘avenir, puisque je suis Jupiter. D'a- vos forces en l'honncur du grand Jupiter. FIN D’AMPm'tBYON. Dum hœc aguntur, voce clara exclamat uxorem tuam .... Mitie omneîs : quan futura , et quœ factn , cloquar, Amp}:. Quis homo? Bram. Summus inperator uivom atque Multo udeo melius, quam illl, quom sim Juppitcr. hominum, Jupiler. Primum omnium Alcumenae usururn corporis Is se dixit cuni Aloumeua clam consuetum cubilihus , Capi , et concubin: gravidam feci Iilio. Eumquc Iili um suum esse, qui illos angueis vicerit : Tu gtavidiun item fecistl , quom in exercitnm Alterum tnmn ease dixit puerum. Am h.. Pol, mc haud - Profectus z uno artu duos - rit simul P PB P P'~P€ nltet , _ _ Eorum alter, nostro qui est susceptus semine , Scilioet boni dxmidinm mihi divudere cum Jove. Suis fnctis te imwortali adliciet gloria. Abi domum , jube vasa pura aciutum adornari mihi , Tu cum Aloumena uxore aniiquam in graüam Ut Jovis suprcmi multis hostiis paeem expelam. Redi : hand promeruit, quamohremyitio vorlmes. Ego Tiresiam oonjectorem advocabo, et oonsulam , Men vi sub·=1c!A'stfa.cere : ego in cœlum mi . EIO Quid facîundum censeut ; sîmul hanc rem, ut lact¤’st , eloquor. I Sod quid hoc? qiisgnèvêlide toguiëlâïâpîcro vostram üdem. SCENA TERTIA- C NA E ' AMPHI'1 RUO. l . . . . IUP TER Facmm ita, nt jubes , ct te 0r0 DPOHIISSA ut serves tw;. Bono animo es , adsum auxilio , Amphrtruo , tibi et luis : Ibn nd uxorem intro; missum Iaeio Tiresiam senem. Nihil est quod timeas s hariolos , haruspioes Nune, spectatores , Jovis summi causa clore plaudito. sms Arn~nr·rnuoms·