Page:TheatreLatin1.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’ A S IN A IB E COMÉDIE EN CINQ ACTES. —·-—c1-0¢—1-• mgirsomvaces DE EA PlÈCE· neurs, à moi, et à vous-mêmes. Allons, liéraut, dis nnnnume viellard. Cté nous vieille conrllsane l ‘ 1 il · AMÉMONE.; fwtmc du Démé LME .| mmudc Dèmé un peup e dêtre tout orei les. S ence l fort bien. Anèœ 1 hl t ]ûÉ0N,,,E, i ,,;,:,,21 Pm I present, remcts·tox il ta place, et n oublie pas de 1: amers eur ' s, nmaru umoce, aman e ‘lenie tg ] _ · · · _· , du Pmlédîpr ` et aval-d,M_gyüpm~ · l a re payer (.4u pubgc.)¤P0uruuo1 sms ie veau Pnitszue, lille de Cuîzrîiuzrs, Un parasite. lÈ'• et llll MJC a VWS l1'¢- Vûllb allez le Savoir; wurnsane. on marchand. c est pour vousappreudre le nom dela comédie qu’0n La scène est a Athenes. va Jouer. Quautau sujet, ce n’est pas la peine de ._. l erpliquer, tant 1l est simple! Sachez donc que cette ARGUMENT piece a ppm Illïôêlî grec l`0m1gos (I’Anîer, le Con- ucteur nes . I e a été écrite par Démophile 1. Atérzbué à 1-iusuinn. Plante l’a traduite en langage barbare; elle s‘appelle, Un vieillard, asservi aux volontes de sa femme, veut Sl Fous Yvlglvz bœnv ’4·””‘f7"a ( ASmalï`f9·) El 9 Cel? seœnder les amours de son lils en lui fournissant de l’ar- gala et lnlelüssünteî le Slfjülî El'! 6Sî Dl3|Si1!ll2· Dill- gent. Dans cette vue , il fait compter entre les mains de QUE! ¤0US 0C0|1ï€l' AVEC lilerlveillance, et que Mars Pesclave Léonide une somme que l`on avait apportée à VOUS o0l1tll1uel8S(`ZlV€urS(loutllvousadeiàcomhlésl Saurén pour le prix de la vente d’un troupeau dames. Puis on donne l’argcnt à la maitresse du jeune homme qui, par reconnaissance, cède à son père une nuit de la ' belle, Un ri val indlgué de se voir enlever celle qu’il aime, CÈ ` se sert d’un parasite pour tout révéler à la femme du /5 NE PREMIERE' vieillard. Cclle·cî accourt, et arrache son maxi du lieu _ DÉLIÉNÈTE, L|BAN_ môme de ses déhauches. _ MM I Lab. De grâce, promettezmoi de medire la vérité; _ je vousen coniure au nom de votre cher fils unique, PBOLCGUE. et aussi vivement ue vous souhaitez u’il vous sur- . . , Ll vive heureux et bien portant; je vous en conjure par . ·· '] · UN DES »~<=TEU1=S· ;?§f§.îJ§‘$È°F§î.‘·°.î.“S..'I.‘;'l`."§.§‘Z,‘f‘îSî.'l"Zî".‘i° “°,î;“ 1 l ' Ol`!] · Aceordez-nous votre attention, s’il vous plait, riez, je fais le vœu qu`elle vous survivelongtemps , spectateurs; et puisse cette comedie profiter à que vous mouriez dela peste, et qu’ellc ait le plai- toute cette troupe de comédiens et aux entrepre- Sir de vous enterrer! ' · Gregîque huic, et domînîs , atque conductoribus. A • Face jam nune, prœco, omnem auritum poplum. DKAMATIS NmS0N_,E_ Age, nunc rcside : cave modo ne graliis. À · DEMIBNBTUS, wm; Lmmm, www Nuno, quid processerrm huc,.el. u.nh1 quid vcluenm , _î,`·,·EM&¤-â_ ux.à,·_l plwmnh ,m.à,,_Y_ Eicam ; uâ sâiretis nomen huius fabula:. son s a uesccna. ranumxs, a nement. am quo a armmentum adlinet, saue br i ' t. gâféfâffâ; Lî:,Tètm_ §Q_:'èî'fg":: Nuno, quod me îlixi velle vobis dicere, ele S Dicum : Huic nomen grœce Onago ’st fabula. ·ï- Demophilus scripslt, Marcus vortit barbare. _ Asinariam volt esse si per vos licel,. ARGUMENTUM lnest lepos ludusque in bac comœdia. (U, Qvmusmx v,,,".,,,) Ridicule res est : date bcnigne operam mllxi, PRISCIANI Ut vos Item alias, pariter nunc, Mars adjuvet. Amanti argcnto lille auxillarler A C T U S P B- I US. Sub lmperio vlvens volt senex uxorlo. Itaquc oh amo; relatum prcclum Saure: SCENÀ PRIÃIÀ Numerarlerjussil. ncrvolu Leonidœ. ` Éd ltmlcam ld tertur : csdlt noctem Elius. LIBÃNUS, DEMENETUS. v usamcns ob tn ull ru; · - · · Ã! |'¢t|I Dlllllllll 'llX0|l"lî)l;‘p|J3t:1&AlllUlIî!l'lzDnü&l. Ltb. Slcut tlllxm VIS Iilnlcuru gnatun? tua Aeetu-ru uxnr, nc vmnn e Iustrls rapt:. S“P°””“ mœ · ‘°‘P*'·°m M $¤P€F¤îl¤‘m = Ita te oblestor, per senectutem tuam , -··~• gerquâ illam , qunm tu metuis, uxoram mam : tqui med orga tu hodie falsum dixe is PBOLOGUS. Ut tihi superstar uxor autauem siet : r ’ Hoc agite, sollis,_spc·ctatoi-es, mmc jam , MQ¤¤» lm l/îV¤· *îV¤S ul Pcëtem obotns. Quan quidem mihi atque volus res \'01‘l8·l bene, l D‘autrcs lisent Dlplllle, contemporain de Méuandre, mm I 3