Page:Tolstoi et les Doukhobors.djvu/185

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


indifféremment, l’un après l’autre, répéter comme apprise par cœur, la phrase que c’est « triste, regrettable » mais « qu’il ne peut pas en être autrement ? » Pourquoi aussi humilient-ils et oppriment-ils leur âme en s’inclinant si servilement devant les opinions et les traditions des hommes qui ont vécu leur temps ?… Il suffit de se poser ces questions pour voir, non pas même en théorie, mais clairement, en pratique, toute l’influence étouffante, diabolique, sur une âme humaine, de ce principe du militarisme gouvernemental avec tous les sophismes de l’Église et de la science qui le justifient.




Je m’adresse à vous, lecteurs du monde officiel, et au nom du Dieu de miséricorde et d’amour, je vous supplie de faire attention à ce qui arrive en ce moment à vos frères, sous l’aile du pouvoir auquel est liée votre activité.

Entrez pour un moment dans la situation de ces hommes qui souffrent et qui périssent parce qu’ils ne veulent pas agir contre leur conscience. Imaginez ces femmes qui pleurent sans consolation d’avoir été sé-