Page:Vaganay - Le Sonnet en Italie et en France, 1903.djvu/366

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
LE SONNET EN ITALIE ET EN FRANCE

1585

A la fin, sonnet de Jean Daurat en l’honneur des commentaires de Thévenin.

Bulletin du Bibliophile. 1860, p. 1306-7.

36. * Esther tragédie de Pierre Mathieu A Lyon, Pour lean Stratius M. D. LXXXV.

Avant la tragédie, Sonnet signostique pour la difficulté de Tanagramme de la dame de Villeneuve : Personne est de vertu le plus bel ornement ; deux sonnets ; à Monsieur Mathieu, sonnet par Antoine Junot.

A la suite de la tragédie, un sonnet à P. baron de la Villeneuve ; un sonnet.

Baudrier. II, 401.

37. * Comédie françoise, intitulée l’Enfer poétique Par M. Benoist Voron, recteur aux escolles de Sainct-Chaumond A Lyon, par Benoist Rigaud. M. D. LXXXV.

P. 8, sonnet de A. D. L. Condamine, gentilhomme Lyonnais [Faut-il il lire de La Condamine ? ]. — P. 9, autre sonnet par Guillaume Tremblay, de l’ordre de Sainct François, prédicateur théologal du couvent de Ponthoise. — P. 13, sonnet par Jean Ferriol, notaire royal de la Valla. — P. 23, « sonnet servant d’argument à la présente comédie [par B. Voron ? ] Baudrier. III, 387.

38. * L’histoire de Chelidonias ïigurinus traduit par Pierre Bouaistuau A Lyon, par Benoist Rigaud. 1585.

4 Sonnets de Jean de la Lande, François d’Embrun, Pierre Tredehan, G. de Beauregard.

Baudrier, III, 390.