Page:Verhaeren - Poèmes légendaires de Flandre et de Brabant, 1916.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Entre aujourd’hui dans Bruges

— Lances au clair, pennons au vent —
Le roi Philippe, arbitre et juge
Des querelles entre Flamands.
Gardant par devers lui son oriflamme,
Il veut qu’un cortège de femmes
Belles d’orgueil
Passe avant lui-même, le seuil

De la cité, de fleurs et d’ors bariolée.


La fête, ainsi qu’un long jardin, est étalée :

Des draps épais et des velours
Tombent des toits, à grands pans lourds ;
Des feux brûlent : brasiers et torches ;
De l’encens fume, au coin des porches ;
Sur des velums rouges et clairs,
Des pivoines, comme des chairs,
Étincellent opulemment brodées.
Les carrefours sont pleins et les places bondées.

Le peuple accourt comme la mer.


À Gand, c’étaient des cris ;
Ici,