Page:Verhaeren - Poèmes légendaires de Flandre et de Brabant, 1916.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



On alluma soudain de grands flambeaux.

On fit signe, d’en bas de cesser le vacarme,
Mais le sonneur ne comprit rien, étant trop haut.
L’ardent repas finit ; d’aucuns cherchaient leurs armes,
Et s’exaltaient entre eux, et s’apprêtaient à voir

Quelque embûche surgir des ténèbres du soir.


Le roi contint leur fièvre et se leva tranquille.

Mais les étoiles d’or illuminaient la ville
Que vainement encore il cherchait le sommeil,
Tandis qu’obstinément et longuement pareils,
Toujours, les sons profonds ébranlaient l’étendue

Et tenaient la terreur, sur sa tête, pendue.