Page:Verne - Le Pays des fourrures.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
6
LE PAYS DES FOURRURES.

lieutenant Jasper Hobson, le sergent Long, les époux Joliffe et deux étrangères auxquelles le capitaine faisait les honneurs de la soirée.

C’était un homme de quarante ans que le lieutenant Jasper Hobson. Petit, maigre, s’il ne possédait pas une grande force musculaire, en revanche, son énergie morale le mettait au-dessus de toutes les épreuves et de tous les événements. C’était « un enfant de la Compagnie ». Son père, le major Hobson, un Irlandais de Dublin, mort depuis quelques années, avait longtemps occupé avec Mrs. Hobson le Fort-Assiniboine. Là était né Jasper Hobson. Là, au pied même des Montagnes Rocheuses, son enfance et sa jeunesse s’écoulèrent librement. Instruit sévèrement par le major Hobson, il devint « un homme » par le sang-froid et le courage, quand l’âge n’en faisait encore qu’un adolescent. Jasper Hobson n’était point un chasseur, mais un soldat, un officier intelligent et brave. Pendant les luttes que la Compagnie eut à soutenir dans l’Orégon contre les compagnies rivales, il se distingua par son zèle et son audace, et conquit rapidement son grade de lieutenant. En conséquence de son mérite bien reconnu, il venait d’être désigné pour commander une expédition dans le Nord. Cette expédition avait pour but d’explorer les parties septentrionales du lac du Grand-Ours et d’établir un fort sur la limite du continent américain. Le départ du lieutenant Jasper Hobson devait s’effectuer dans les premiers jours d’avril.

Si le lieutenant présentait le type accompli de l’officier, le sergent Long, homme de cinquante ans, dont la rude barbe semblait faite en fibres de coco, était, lui, le type du soldat, brave par nature, obéissant par tempérament, ne connaissant que la consigne, ne discutant jamais un ordre, si étrange qu’il fût, ne raisonnant plus, quand il s’agissait du service, véritable machine en uniforme, mais machine parfaite, ne s’usant pas, marchant toujours, sans se fatiguer jamais. Peut-être le sergent Long était-il un peu dur pour ses hommes, comme il l’était pour lui-même. Il ne tolérait pas la moindre infraction à la discipline, consignant impitoyablement à propos du moindre manquement, et n’ayant jamais été consigné. Il commandait, car son grade de sergent l’y obligeait, mais il n’éprouvait, en somme, aucune satisfaction à donner des ordres. En un mot, c’était un homme né pour obéir, et cette annihilation de lui-même allait à sa nature passive. C’est avec ces gens-là que l’on fait les armées redoutables. Ce ne sont que des bras au service d’une seule tête. N’est-ce pas là l’organisation véritable de la force ? Deux types ont été imaginés par la Fable : Briarée aux cent bras, l’Hydre aux cent têtes. Si l’on met ces deux montres aux prises, qui remportera la victoire ? Briarée.

On connaît le caporal Joliffe. C’était peut-être la mouche du coche, mais