Page:Verne - Le Pays des fourrures.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
25
UNE FACTORERIE.

Le fort proprement dit se composait d’une maison de bois, comprenant un étage et un rez-de-chaussée, qui servait d’habitation au commandant et à ses officiers. Autour de cette maison se disposaient régulièrement les demeures des soldats, les magasins de la Compagnie et les comptoirs dans lesquels s’opéraient les échanges. Une petite chapelle, à laquelle il ne manquait qu’un ministre, et une poudrière complétaient l’ensemble des constructions du fort. Le tout était entouré d’une enceinte palissadée, haute de vingt pieds, vaste parallélogramme que défendaient quatre petits bastions à toit aigu, posés aux quatre angles. Le fort se trouvait donc à l’abri d’un coup de main. Précaution jadis nécessaire, à une époque où