Page:Verne - Une ville flottante, 1872.djvu/153

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


çait alors à se lever couvrait les eaux de l’Océan. Si cette brume favorisait le Delphin en cachant sa marche, elle l’empêchait aussi d’observer la mer sur une grande étendue, et, sans s’en douter, il pouvait naviguer bord à bord, pour ainsi dire, avec les navires qu’il voulait éviter.

Or, c’est ce qui était arrivé, et quand le navire fut signalé, il ne se trouvait pas à plus de trois milles[1] au vent.

Lorsque James Playfair eut atteint les barres, il aperçut visiblement dans l’éclaircie une grande corvette fédérale qui marchait à toute vapeur. Elle se dirigeait sur le Delphin, de manière à lui couper la route.

Le capitaine, après l’avoir soigneusement examinée, redescendit sur le pont et fit venir son second.

« Monsieur Mathew, lui dit-il, que pensez-vous de ce navire ?

— Je pense, capitaine, que c’est un navire de la marine fédérale qui suspecte nos intentions.

— En effet, il n’y a pas de doute possible sur sa nationalité, répondit James Playfair. Voyez. »

En ce moment, le pavillon étoilé des États-Unis du Nord montait à la corne de la corvette, et celle-ci assurait ses couleurs d’un coup de canon.

« Une invite à montrer les nôtres, dit Mr. Mathew. Eh bien, montrons-les. Il n’y a pas à en rougir.

— À quoi bon ? répondit James Playfair. Notre pavillon ne nous couvrirait guère, et il n’empêcherait pas ces gens-là de vouloir nous rendre visite. Non. Allons de l’avant.

— Et marchons vite, reprit Mr. Mathew, car si mes yeux ne me trompent pas, j’ai déjà vu cette corvette quelque part aux environs de Liverpool, où elle venait surveiller les bâtiments en construction. Que je perde mon nom, si on ne lit pas l’Iroquois sur le tableau de son taffrail [2].

— Et c’est une bonne marcheuse ?

— L’une des meilleures de la marine fédérale.

— Quels canons porte-t-elle ?

— Huit canons.

— Peuh !

— Oh ! ne haussez pas les épaules, capitaine, répliqua Mr. Mathew d’un ton sérieux. De ces huit canons, il y en a deux à pivots, l’un de soixante sur le gaillard d’arrière, l’autre de cent sur le pont, et rayés tous les deux.

— Diable ! fit James Playfair, ce sont des Parrotts, et cela porte à trois milles, ces canons-là.

— Oui, et même mieux, capitaine.

— Eh bien, monsieur Mathew, que les canons soient de cent ou de quatre, qu’ils portent à trois milles ou à cinq cents yards, c’est tout un

  1. 5.556 mètres, un peu plus de 5 kilomètres 1/2.
  2. Nom donné à l’arrière des vaisseaux américains