Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/207

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


objection d’Antiochus ’^). Parmi les quatre propositions qui résument la théorie de Carnéade et quon a lues ci-dessus, il en est deux, les plus essentielles, qui se contredisent. — Il y a, dit Carnéade ^’^ des représentations fausses. Puis, entre les représentations vraies et les fausses il n’y a point de différence spécifique. — Mais, objecte Antiochus, quand vous admettez la première de ces propositions, vous admettez implicitement que le vrai peut être distingué du faux, et vous le niez dans la seconde. Si la seconde est vraie, la première ne Test plus; et si la première est vraie, il faut renoncer à la seconde. Au fond, c’est l’objection si souvent dirigée de nos jours contre le probabilisme, mais présentée ici sous une forme plus saisissante et plus vive : la probabilité suppose la vérité; rien n’est probable, si rien n’est vrai.

Que répondre à cette objection ? Rien autre chose, sinon ce que répond Gicéron ^^^ ? Et on peut être assuré qu’il répète les paroles de Philon : «L’objection serait irréfutable si nous sup- primions toute vérité; c’est ce que nous ne faisons pas. Gar nous discernons le vrai et le faux. Il y a des apparences en faveur de la probabilité, il n’y a pas de signe certain du vrai. ?>

Il faut» on le voit, pour sauver la probabilité, reconnaître l’existence de la vérité. Mais, tout en avouant cette existence, Philon ne croit pas à la certitude. Il y a des choses évidentes {perspicua) ^ c[u\ ne sont pas perçues et connues (^ercepta, rompre- henêa)^^\ Ges choses évidentes, vraies, que l’on peut croire

^>) Gic, Ae., II, XXXI r, m : «Ne illam qnidem pretenniBiflti , Lucnlle, repre- beosiooeoj Antiochi (nec mirum, in primû enim est nobilis) qiia solebat dicere Antiodiiu Philonem maxime perturbatum.^

W/W. Cf. i4c.,H,xiv, 44.

^^ Ae., Il, XXXI V, lit : (fld ila esset n nos venim omnino toHeremus. Non fadmas. Nam tam vera quam falsa cernimus. Sed probandi species est : perdpiendi signom nuHum habemus.T»

^*) Ae., II, X, 3 1) : (^Alii aiitem elegantius qui etiam queruntur quod eos inai* muiemus omnia incerta dicere, quanhimque inlenit inter incertum et id quod perripi non possit docere conantur eaqne distinguera. » Cf. i4«.. Il, xi, 34 : «Per- spicua a perceptis volunt dîstinguere, et conantur ostendere esse aKquid perepicui; verum îHud quîdem imprpssum in animo atque mente, neque tamen id percipi ar

�� �