Page:Vidocq - Mémoires - Tome 2.djvu/311

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXIV.


Je revois Saint-Germain. — Il me propose l’assassinat de deux vieillards. — Les voleurs de réverbères. — Le petit-fils de Cartouche. — Discours sur les agents provocateurs. — Grandes perplexités. — Annette me seconde encore. — Tentative de vol chez un banquier de la rue Hauteville. — Je suis tué. — Arrestation de Saint-Germain et de Boudin, son complice. — Portraits de ces deux assassins.


Dans une capitale aussi populeuse que Paris, les mauvais lieux sont d’ordinaire en assez grand nombre ; c’est là que tous les hommes tarés se donnent rendez-vous : afin de les rencontrer et de les surveiller, je fréquentais assidûment les endroits mal famés, m’y présentant tantôt sous un nom, tantôt sous un autre, et changeant très souvent de costume comme une personne qui a besoin de se dérober à l’œil de la police. Tous les voleurs que je voyais habituellement auraient juré que j’étais un des leurs. Persuadés que j’étais fugitif, ils se seraient mis en quatre pour me cacher, car non-seulement ils avaient en moi