Page:Vidocq - Mémoires - Tome 2.djvu/354

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXVII.


Les agents de police pris parmi la forçats libérés, les voleurs, les filles publiques et les souteneurs. — Le vol toléré. — Mollesse des inspecteurs. — Coalition des mouchards. — Ils me dénoncent. — Destruction de trois classes de voleurs. — Formation d’une bande de nouvelle espèce. — Les frères Delzève. — Comment découverts. — Arrestation de Delzève jeune. — Les étrennes d’un préfet de police. — Je m’affranchis du joug des officiers de paix et des inspecteurs. — On en veut à mes jours. — Quelques anecdotes.


Je n’étais pas seul agent secret de la police de sûreté : un Juif nommé Gaffré m’était adjoint. Il avait été employé avant moi, mais comme ses principes n’étaient pas les miens, nous ne fûmes pas longtemps d’accord. Je m’aperçus qu’il avait une mauvaise conduite, j’en avertis le chef de division, qui, ayant reconnu la vérité de mon rapport, l’expulsa et lui donna l’ordre de quitter Paris. Quelques individus sans autre aptitude au métier que cette espèce de rouerie que l’on acquiert dans les prisons, étaient également atta-