Page:Vidocq - Mémoires - Tome 3.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


que des coups de dents ont été donnés, serait-il blâmable, pour éviter les atteintes futures, de tenter la voracité de tous ceux qu’il suppose capables de mordre ? On peut y compter, celui qui mord n’est jamais que celui qui est enclin à mordre. Si Corvet et sa femme ont volé, c’est que déjà, de fait ou d’intention, ils étaient voleurs. D’un autre côté, je ne les ai point provoqués ; j’ai tout simplement adhéré à leur proposition. On m’objectera qu’en les menaçant, je pouvais les empêcher de commettre le vol qu’ils avaient prémédité ; mais les menacer, ce n’était pas les corriger : aujourd’hui ils se seraient abstenus, demain ils auraient levé un nouveau lièvre ; et certes pour le tirer, ils ne m’auraient pas fait appeler. Qu’en advenait-il ? que la responsabilité morale du délit dont ils se seraient rendus coupables pesait sur moi avec toutes ses conséquences. Et puis, si Corvet avait reçu la mission de m’impliquer dans une mauvaise affaire, sous la promesse d’être revendiqué par le préfet de police, après l’événement, le soin de ma sûreté personnelle ne me prescrivait-il pas de prendre mes précautions de manière à dégoûter de trames de cette espèce et ceux qui les inventeraient, et ceux qui s’en rendraient