Page:Vidocq - Mémoires - Tome 3.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


les agents ? c’est là du moins le résultat que j’obtenais, en dénonçant Corvet au commissaire du quartier où il devait opérer, au lieu de le dénoncer à la préfecture. En suivant cette marche, j’étais assuré que s’il avait été mis en avant, on le désavouerait, et que la justice aurait son cours.

Si j’ai insisté sur le fait de la provocation dans cette affaire, c’est que c’était là le grand moyen de défense de la plupart des accusés que j’avais fait prendre en flagrant délit. On verra, dans le chapitre suivant, que l’idée de recourir à une si pitoyable excuse, leur fut souvent suggérée par mes ennemis. Le récit d’un complot ourdi par quatre des agents de ma brigade, les nommés Utinet, Chrestien, Decostard et Coco-Lacour montrera à quoi se réduisent les imputations les plus fortes dirigées contre moi.

Je ne répéterai pas ici ce que j’ai dit ailleurs sur la provocation à des attentats politiques. Le mécontentement, légitime ou non, l’exaltation, l’exaspération, le fanatisme même, ne constituent pas un état de perversité ; mais ils peuvent produire une sorte d’aveuglement momentané sous l’influence duquel l’homme le plus probe, le citoyen le plus vertueux sera