Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/139

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un vxnocç. is :

clés ; elle s’appliqua à acquérir leur dangereuse habileté, et elle fît en ce genre des progrès si ’ rapides, que bientôt elle eut voix délibérative ’: au Chapitre des cambrioleurs, qui Yassociëreiit à leurs expéditions. ’ Ã

Adèle se fit assez promptement la réputa=· " tion d’une bonne tête : quelques accidents plus ou moins graves ! survenus à ses amis les plus intimes, lui offri1’entl’occa’sion de prouver qu’elle avait aussi’un bon cœur : tous lui : reconnurent cette vertu de leur état quiils a pellent de la probzïéjjamais elle n’abandonnait · celni d’entre eux que frappait la fatalité des voleurs. Une condamnation la séparait-elle de son bien-aimé, c’était toujours un des meilleurs camarades de celui-ci qu’elle choisissait pour le remplacer. Mais il ne devenait son chevalier qu’à la condition de ne pas l’em pêcher de donner assistance au malheureux détenu. Adèle cut ainsi une série d’attachements dont Iles objets, également chéris, finirent par être jetés dans les bagues, ou tout au moins dans les prisons.., .... Afin d’adoucir leur sort, elle redoubla de courage et d’adresse. Cependant le nombre de ces pensionnaires prit un tel accroissement, que pour ne pas être obligée de supprimer leur I 9.