Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/155

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


l Il V !DOOQ· uv science, elle endure le plus cruel supplice : pendant ces tortures, sa main $’appuie sur un trousseau de clés, elle les repousse. « Dieu !s’écrie-t-elle, éloignez de moi ces’instruments xs du crime l lorsque j’ai tant d’enwie de bien faire, sera-ce donc-là mon seul recours ? » Et pour ne pas succomber, cette iufortunéë se hâte de fuir. \ D - too.