Page:Vielé-Griffin - L’Amour sacré, 1903.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





SAINTE JEANNE



Celle qui vint de Lorraine à cheval
Cueillir les Lys de France au jardin de Touraine
Ramenait au clair geste de sa main virginale
En frissonnante traîne
— Comme d’un manteau d’or derrière elle épandu —
L’armée sans roi dont Dieu l’a faite reine ;
Et, sur le dais d’azur du firmament
— Nuage d’or, peut-être, ou flottante ombre, à peine —
La Victoire entr’ouvrait ses ailes éperdues
Et planait sur la plaine.

Le printemps s’éveillait dans l’aube tourangelle ;
Elle était pâle en son armure blanche, et belle ;
Elle portait au flanc une petite hache ;