Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

102 AXEL

qui, en trois jours, se trouvait brusquement à trente lieues du point où le supposaient nos calculs, on devait s’attendre aux sombres surprises. Ce fut une épouvante : on ne se croyait même pas le temps d’utiliser l’emprunt de guerre, depuis peu réalisé. Rappelez-vous, monseigneur, l’aspect des villes centrales, ces maisons fermées, ce deuil, cette fusillade lointaine, et ces perpétuelles rumeurs du canon, — le tocsin dispersé par le vent sur toutes les routes…

LE COMMANDEUR

Passons.

HERR ZACHARIAS

Cependant, même en ces États qui s’alarmaient ainsi, l’on ignorait l’étendue réelle du péril dont, en ce moment précis, une circonstance financière des plus insolites eût encore majoré la calamité. En effet, depuis près de cinq semaines avant ces bruits funestes, un afflux de numéraire d’or, provenu, de toutes parts, d’une sorte de panique et d’un courant de confiance irraisonnés, — (ces phénomènes ne sont point rares en temps de guerre), — avait fait irruption dans les caves de la Banque nationale de Francfort.

Dépliant un papier d’aspect jauni et ancien :

En vain, pour essayer d’endiguer ce torrent, la