Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/86

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

74 AXEL

GOTTHOLD, grave

Je m’entends. Si le docteur n’a point paru, c’est que le commandeur n’est qu’un indifférent qui ne vaut guère le regard et ne signifie, en somme, que peu de chose. Un silence.

A propos… observes-tu que maître Janus ne vieillit pas, Hartwig ? — Voilà bien des années, pourtant, qu’il est ici !

HARTWIG

C’est vrai, ceci, par exemple ! Riant : Il faut croire que le culte des astres empêche de vieillir.

Un silence.

On n’entend que le crépitement du feu dans la haute salle.

GOTTHOLD, d’un ton singulier

Moi, je trouve que ses yeux ne semblent pas être ceux d’un homme de ce siècle.

HARTWIG, avec un rire forcé

Le bon Gotthold veut nous faire peur, à présent !

MIKLAUS, baissant la voix et d’un ton confidentiel

J’avoue qu’il a quelque chose en lui, ce maître Janus, qui retient l’affection. Sa manière de faire le bien glace ses obligés. — Gotthold, il nous a guéris souvent, nous et les paysans de l’orée