Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

76 AXEL

ver son fils, — je l’observais ; il avait l’air d’être au fait, déjà, du décès et de la dernière volonté.

Depuis quelques moments le temps s’est couvert au dehors, et des rafales annoncent une prochaine tempête. — Cinq heures sonnent.

HARTWIG

Écoute : voici l’heure où notre belle et vénérée châtelaine Lisvia d’Auërsperg, pareille à celles de jadis, descendait, pensive, et si grave, toujours ! à l’orgue de la chapelle, il y a vingt ans.

GOTTHOLD, à Miklaus Tu sais bien, cette croisée de la grande galerie, où le soleil vient mourir, le soir ? Elle s’y attardait souvent, de longues heures, accoudée, pâlie, en vêtements de deuil, l’air d’un ange, et son livre d’heures aux fermoirs d’émail sur les genoux.

MIKLAUS, GOTTHOLD et HARTWIG, se levant et se découvrant

En Dieu soient les âmes des morts de la maison !

Ils se rassoient. Un silence ; on entend bruire la pluie au dehors.

HARTWIG

Allons, jette des pommes de pin dans le foyer et laissons là les souvenirs. Les années, ce sont