Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mauvaise humeur contre Lenoir, parce qu’il m’avait serré avec trop de tendresse entre ses bras musculeux : je n’aime pas les expansions grossières.

Le soir vint ; les rayons du soleil couchant nous éclairèrent tous trois d’une lueur sinistre, au fond du salon rouge.

Pendant un moment de profond recueillement, le vieux domestique entr’ouvrit discrètement la porte et laissa tomber ces mots :

— Madame est servie.

On se leva. Je tendis le jarret, je fis la bouche en cœur, j’arrondis le bras et l’offris à Mme Lenoir, qui daigna s’y appuyer.

Césaire nous suivait, pensif, en pinçant, du bout de son pouce et de son index, son nez où il avait expédié une prise, à la dérobée. Son attitude méditative ne m’échappait pas, bien qu’il fût derrière moi, parce que,