Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/184

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vient encore enrichir, arbitrairement, le Problème d’une complication nouvelle, — (Ici je me levai en étendant les bras) — il n’y a plus moyen de s’entendre ! — C’est à y renoncer ! Je veux bien croire qu’un Dieu a créé le monde, mais le moyen d’admettre qu’il s’en occupe, jusqu’à nous « révéler » ses voies par l’intermédiaire de tel ou tel, — alors, surtout, que rien ne le prouve d’une façon péremptoire ? Je m’étonne qu’un esprit comme le vôtre se berce encore de pareilles chimères : elles ont fait leur temps.

Je crus licite, en me rasseyant, de savourer l’effet de mon éloquence sur mes interlocuteurs, et mon regard, errant dans l’ombre, glissa vers Mme Lenoir. Elle n’avait point quitté son impénétrable maintien près de la fenêtre et son silence commençait aussi à m’inquiéter. Je me sentais observé par ses pénétrantes et inquisitoriales prunelles —