Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/231

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gouttes d’eau bénite, où tombait la lueur des cierges, reluisaient, diamants funèbres.

Mme Lenoir était à genoux, contre le lit, la tête sur le drap, les mains jointes au-dessus de son front ; moi j’étais agenouillé aussi, mais plus loin ; dans le coin obscur au fond de la chambre, derrière une commode, assis sur mes talons, les mains jointes, la tête baissée, regardant toujours fixement un point rouge dans le tapis. — Nous étions seuls. Le prêtre et le médecin s’étaient retirés depuis une heure, devisant à voix basse. La porte s’était refermée.

Un grand crucifix d’ivoire, entre les rideaux, semblait pacifier les ténèbres.

J’accusais, avec rage, l’impitoyable nature qui me privait de mon ami et j’aurais presque douté de la Science, si je n’eusse fait la part de mon désespoir.

— Tout à coup, je ne sais ce qui se passa ;