Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/266

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sûre — qu’après un instant d’agonie, Dieu ne m’exclura pas de tout pardon.

Et, saisissant ses besicles à pleines mains, elle se les arracha du front. Les verres se brisèrent entre ses mains ensanglantées, et elle tordit leur monture dans une convulsion.

— Je n’ai plus besoin de lunettes pour y voir, maintenant ! dit-elle.

Elle parlait d’une voix trémébonde, mais cependant avec une sorte de sourire d’espérance vraiment infinie où son courage semblait s’affermir pour quelque terrifiante épreuve, imminente et suprême, après laquelle son âme serait « sauvée ».

Dix heures sonnèrent.

Il y eut un moment de silence, pendant lequel Mme Lenoir ayant rejeté des deux côtés la longue mante noire, son vêtement, s’étendit lamentablement sur le dos, la tête très relevée par l’oreiller, et les yeux fixes, tout grands ouverts. Elle avait l’air de considérer, d’ap-