Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/275

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


profondeur même des yeux de Mme Lenoir.

Mais, au premier regard que j’aventurai en ces yeux par le trou de l’ophtalmoscope, je reculai, ne sachant pas, — ne voulant pas savoir — ce que j’avais entrevu !

Je restai, pendant un instant, immobile ; quant aux idées qui apparurent, alors, dans mon cerveau, je ne crois pas que l’enfer lui-même en ait reflété d’une plus hérissante horreur.

Et, me faisant tressaillir, voici qu’empourprant les vitres, le bouquet du feu d’artifice de la Fête nationale éclata, dans l’éloignement, sur la ville exultante, aux acclamations d’une multitude bisexuelle.

Cependant le lumignon allait mourir, j’allais être dans l’obscurité.

— Non ! m’écriai-je en fléchissant le genou, — il faut que je voie ! Il faut que je voie !