Page:Vivien - Évocations, 1903.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Chœur.

Aphrodita changeante, implacable Immortelle,
Tu jaillis de la mer, périlleuse comme elle.
La vague sous tes pas se brisait en sanglots.
Amère, tu surgis des profondeurs amères,
Apportant dans tes mains l’angoisse et les chimères,
Ondoyante, insondable et perfide. Et les flots
Désirèrent tes pieds, plus pâles que l’écume.
Ta lumière ravage et ta douceur consume.


Psappha, sans entendre, noyée dans son rêve.

Fille de Kuprôs, je t’ai jadis parlé
À travers un songe.


Éranna.

Comme un son de paktis indécis et voilé,
L’incertaine douceur de sa voix se prolonge…


Psappha.

Tu m’as répondu, toi, dont la cruauté