Page:Vivien - Évocations, 1903.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




L’Étrangère.

O compagnes, les pleurs sont de légères choses
Et ne conviennent point au glorieux trépas…
Chantez ! il faut remplir de rythmes et de roses
La maison du Poète où le deuil n’entre pas !

Elles répandent des roses sur le seuil de Psappha. Leurs gémissements se mêlent à l’accord victorieux des lyres.