Page:Von Moltke - La Guerre de 1870.djvu/121

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


BATAILLEY DE SEDAN. 113 gibernes et ils durent repousser àla baïonnette les atta- ques violentes des zouaves dirigées en particulier contre l’aile droite découverte. Sur la gauche, au contraire, il s’était peu à peu constitué une forte ligne d’artillerie qui, à 8 heures et demie, se vit portée au chiffre de douze batteries. Mais, de son ·côté, la division Lacretelle avait atteint le fond de Givonne, et ses lignes de tirailleurs très fournies contraignirent, à 9 heures, les batteries allemandes à remettre l’avant-train. Elles allèrent d’ailleurs occuper une autre -position à quelque distance de la et leurs feux firent rétrograder l’ennemi jus- que dans la vallée. Puis elles revinrent dans la position pri- mitivement occupée. ` Dans l’intervalle, la 4° brigade bavaroise était arrivée à la Moncelle ; la 46** saxonne‘ également s’approchait, si bien qu’on put arrêter totalement la division de Vassoigne, qui ·jusqu’alors avait gagné quelque peu de terrain. L’aile droite des Saxons, serrée de très près, avait égale- ment reçu les secours dont elle avait le plus pressantbesoin ; la 2磰 division 2 était arrivée et l’on avait pris 1`offeusive sur ce point. Les Français furent refoulés sur Daigny et pendant ce mouvement rétrograde ils perdirent cinq pièces. Puis, on enleva, de concert avec les Bavarois quiavan- çaient plus au nord dans la vallée, le village de ·Daigny, le pont et les fermes de la Bapaille, après avoir eu à sou- tenir un combat acharné. ' A ce moment, c’est-à-dire à 10 heures, la garde royale avait atteint le cours supérieur de la Givonne. A · El1e·s’était mise en marche,`pendant qu’il faisaitnuit encore, sur deux colonnes, qui hàtèrent le pas- le plus pos- 1. La 2¤ brigadede la,l*° division (Xllf corps); —— 2. La, 2¤_division du- XII° corps. (N.—d. . · · ·· · ··‘‘· · ·· ‘ ' 8