Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


la primevère, pâle d’amour inconsolé, la rose qui bourgeonne sur l’églantier grimpant, le groupe de crocus, (qu’on dirait une lune de feu, qui aurait pour contour un anneau pourpre de fiançailles), et toutes les fleurs de notre printemps anglais, les charmantes perce-neige et l’asphodèle aux brillantes étoiles. L’alouette prend son essor près du moulin qui murmure, et brise les fils de la vierge que couvre la première rosée, et le long de la rivière, pareil à une flamme bleue, file comme une flèche le martin-pêcheur, pendant que les linottes brunes chantent dans la verte feuillée.

Il y a un an…. Il semble qu’un temps bien court se soit passé, depuis la dernière fois que j’ai vu ce magnifique climat du Sud, où fleur et fruit prennent le rayonnement de la pourpre, où les pommes de la table brillent comme des lampes allumées. C’était alors le Printemps, et je