Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


II


Quel étrange silence ! Nul bruit de vie ou de joie n’agite l’air. Point de jeune berger rieur, qui joue du chalumeau. Même pendant tout le jour, on n’entend pas les cris heureux des enfants qui jouent. Comme c’est triste, et doux, et silencieux ! Assurément on pourrait vivre ici bien loin de toute crainte, à voir le défilé des saisons, depuis l’amoureux printemps jusqu’à la pluie et la neige de l’hiver, sans jamais avoir un souci. Ces eaux, sans nul doute, sont celle du Lethé, et cette plante est celle qui donne à l’homme l’oubli de sa patrie.

Oui ! parmi les prairies semées de lotus, tu te dresses comme Proserpine, la tête