Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ples orgueilleux de la Ville Eternelle et fait retentir de son nom les sept montagnes.

Et Naples a survécu à son rêve de douleur, et elle raille ses tyrans. Venise ressuscite et reparaît du fond des eaux, et le cri de Lumière et Vérité, d’Amour et Liberté, se fait entendre dans Gênes l’impérieuse, et là où les clochers de marbre de Milan trouent l’air. Il résonne depuis les Alpes jusqu’aux rives siciliennes, et le rêve de Dante n’est plus un rêve maintenant.

Mais toi, Ravenne, toi qui fus la plus aimée, tes palais en ruines ne sont plus qu’un voile funèbre jeté sur ta grandeur tombée, et ton nom brille comme la flamme terne et frissonnante d’une bougie, sous la splendeur du soleil en plein midi, de la nouvelle Italie. Car la nuit a disparu, la nuit de sombre oppression, et le jour