Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


tous côtés par la prodigalité de la brise. Et ensuite ce sera le froid et monotone Hiver. Ainsi s’accomplit jusqu’au bout le cycle de l’année. Ainsi nous allons de l’adolescence à l’âge viril, pour déchoir dans les jours pénibles où les boucles de cheveux sont de neige. L’amour seul ne connaît point l’hiver : il ne meurt jamais, il n’a aucun souci des menaces de l’orage ni du ciel de plomb. Et celui que j’ai pour toi ne passera jamais, alors même que mes lèvres faibles ne pourraient que bégayer ton éloge.

Adieu ! Adieu ! L’étoile silencieuse du soir, avant courrière de la nuit, scintille dans le lointain et avertit le berger de ramener ses troupeaux au bercail. Peut-être, avant que les mers d’or de nos champs soient réunies en gerbes par les moissonneurs, peut-être avant que je voie les feuilles d’automne, je pourrai contempler ta