Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


cité, et déposer humblement à tes pieds la couronne de lauriers du poète.

Adieu ! Adieu ! cette lampe d’argent, la lune, qui pour nous fait l’heure de minuit aussi claire que midi, éclaire sûrement tes tours, et fait bonne garde là où Dante dort, où Byron aimait à vivre.