Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


de ces sots calomniateurs qui raillent ma vie, ne me connaissant point. Mieux vaut le plus humble toit fait pour abriter le plus pauvre journalier, que de rentrer dans cette caverne où l’on s’enroue à se chamailler, où mon âme blanche a pour la première fois baisé le péché sur tes lèvres.