Page:Wilde - Le Crime de Lord Arthur Savile, trad. Savine, 1905.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il eut du plaisir à les voir passer.

Si rustres qu’ils fussent, avec leurs gros souliers à clous, leur démarche de lourdauds, ils portaient en eux quelque chose de l’Arcadie.

Lord Arthur sentit qu’ils avaient vécu avec la Nature et qu’elle leur avait enseigné la Paix. Il leur envia tout ce qu’ils avaient d’ignorance.

Quand il atteignit Belgrave-Square, le ciel était d’un bleu évanescent et les oiseaux commençaient à gazouiller dans les jardins.