Vie de Solon

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plutarque traduction Ricard, 1862


1. Le grammairien Didyme1, dans son ouvrage sur les lois de Solon, en réponse à celui d’Asclépiade2, cite un passage d’un certain Philoclès3 qui donne à Solon Euphorion pour père. Il est contraire en cela à tous les écrivains qui ont parlé de ce législateur, et qui le font fils d’Exechestides, homme de peu de crédit et d’une fortune médiocre, mais de la plus illustre maison d’Athènes. Par son père, il tirait son origine du roi Codros, et sa mère, suivant Héraclide du Pont, était cousine germaine de Pisistrate. Cette parenté forma de bonne heure entre celui-ci et Solon une liaison étroite qui fut encore cimentée par l’amour qu’inspirèrent à Solon l’heureux naturel et la beauté de Pisistrate4. C’est sans doute ce qui fit que les divisions qui éclatèrent entre eux dans la suite pour le gouvernement de la république n’aboutirent pas à une haine violente. Les droits de leur ancien attachement, subsistant toujours dans leur cœur, y conservèrent le souvenir de cet amour, de même qu’un grand feu laisse toujours après lui de vives étincelles.

Solon ne sut pas se défendre des attraits de la beauté ; athlète sans force contre l’amour, il laisse voir dans ses poésies toute sa faiblesse ; on la retrouve même dans celle de ses lois qui défendait aux esclaves de se frotter à sec5 et d’aimer des jeunes gens. Cette loi prouve qu’il mettait cet attachement au nombre des inclinations honnêtes et louables : l’interdire à ceux qui lui en paraissaient indignes, c’était y appeler ceux qu’il en croyait dignes. On dit que Pisistrate aima aussi Charmos, et qu’il dédia dans l’Académie la statue de l’Amour, près de l’endroit où l’on allume le flambeau sacré dans les courses publiques6.

2. Solon, au rapport d’Hermippos7, trouva que la bienfaisance et la générosité de son père avaient considérablement diminué sa fortune. Il ne manquait pas d’amis disposés à lui fournir de l’argent ; mais, né d’une famille plus accoutumée à donner qu’à recevoir, il aurait eu honte d’en accepter ; et comme il était encore jeune, il se mit dans le commerce. Cependant, suivant quelques auteurs, il voyagea moins dans la vue de trafiquer et de s’enrichir que dans le dessein de connaître et de s’instruire. Il faisait ouvertement profession d’aimer la sagesse ; et dans un âge fort avancé il avait coutume de dire qu’il vieillissait en apprenant toujours. Il n’était pas ébloui par l’éclat des richesses, comme il le témoigne dans une de ses élégies :

Le mortel que Ploutos enrichit de ses dons,
Qui dans de vastes champs voit mûrir ses moissons,
Dont les coursiers nombreux couvrent les pâturages,
Est-il plus riche au fond, malgré tant d’avantages,
Que celui qui, toujours bien nourri, bien vêtu,
De ses premiers besoins n’est jamais dépourvu,
Et qui, l’époux aimé d’une moitié chérie,
Goûte d’un doux bonheur la parfaite harmonie ?
Il dit pourtant dans un autre endroit :
Oui, sans honte mon cœur désire la richesse ;
Mais je veux qu’elle soit le fruit de la sagesse ;
Une fortune injuste est pour moi sans appas ;
Au céleste courroux elle n’échappe pas.

Mais rien n’empêche qu’un homme de bien, un sage politique, tienne à cet égard un juste milieu, et que, sans rechercher des richesses superflues, il ne méprise pas celles qui sont nécessaires et qui suffisent. Dans ce temps-là, dit Hésiode, aucun travail n’était regardé comme honteux, aucun art ne mettait de différence entre les hommes. Le commerce surtout était honorable ; il ouvrait des communications utiles avec les nations étrangères, procurait des alliances avec les rois, et donnait une grande expérience. On a même vu des commerçants fonder de grandes villes : ainsi Protis8 gagna l’amitié des Gaulois qui habitaient les bords du Rhône, et bâtit Marseille. Thalès et Hippocrate le mathématicien9 firent aussi le commerce, et Platon vendit de l’huile en Égypte pour fournir aux frais de son voyage.

3. On croit donc que la grande dépense que faisait Solon, sa vie délicate et sensuelle, la licence de ses poésies, où il parle des voluptés d’une manière si peu digne d’un sage, furent la suite de son négoce. Comme cette profession expose à de grands dangers, elle invite aussi à s’en dédommager par les plaisirs et la bonne chère. Cependant on voit dans ses vers qu’il se mettait lui-même plutôt au nombre des pauvres que des riches :

Le crime trop souvent fleurit dans l’opulence,
Et l’on voit l’honnête homme en proie à l’indigence.
Mais nous, de la vertu sages adorateurs,
Pourrions-nous de Plutus envier les faveurs ?
La fortune souvent détruit son propre ouvrage.
La vertu chaque jour s’affermit davantage.

Il ne s’appliqua d’abord à la poésie que par amusement et pour charmer son loisir, sans jamais traiter des sujets sérieux. Dans la suite, il mit en vers des maximes philosophiques, et fit entrer dans ses poèmes plusieurs choses relatives à son administration politique, non pour en faire l’histoire et en conserver le souvenir, mais pour servir à l’apologie de sa conduite. Il y mêlait, aussi des exhortations ; des avis aux Athéniens, et quelquefois même de vives censures contre eux. On dit encore qu’il avait entrepris de mettre ses lois en vers, et on en cite le commencement :

Puissent, par la faveur du souverain des dieux,
Ces lois jouir longtemps d’un succès glorieux !

A l’exemple des sages de son temps, il cultiva principalement cette partie de la morale qui traite de la politique. Il n’avait en physique que des connaissances très superficielles, et en était aux premiers éléments de cette science, comme on le voit par ces vers :

La neige fécondante et la grêle homicide
S’engendrent dans la nue, et la foudre rapide
Naît du sein de l’éclair ; les vents impétueux
Soulèvent seuls des mers les flots tumultueux ;
S’ils n’étaient le jouet de leur souffle terrible,
La mer des éléments serait le plus paisible.

En général, Thalès fut de tous les sages le seul qui porta au-delà des choses d’usage la théorie des sciences ; tous les autres ne durent qu’à leurs connaissances politiques leur réputation de sagesse.

4. On raconte que les sept sages se trouvèrent un jour ensemble à Delphes, et une autre fois à Corinthe, chez Périandre, qui les avait réunis pour un banquet. Rien ne contribua autant à leur réputation et à leur gloire que la modestie avec laquelle ils se renvoyèrent l’un à l’autre un trépied d’or. Des Milésiens, qui se trouvaient à l’île de Cos, avaient acheté d’avance de quelques pêcheurs ce que retirerait de l’eau le filet qu’ils allaient y jeter. Quand on l’eut tiré, il s’y trouva un trépied d’or, qu’Hélène, à ce qu’on prétend, pour obéir à un ancien oracle, avait jeté dans la mer à son retour de Troie. Cet incident donna lieu à une vive dispute d’abord entre les pêcheurs et les étrangers, ensuite entre les deux villes, qui prirent parti dans la querelle, et étaient près d’en venir aux mains, lorsque la Pythie, consultée, leur ordonna de porter ce trépied au plus sage. On l’envoya d’abord à Thalès, et ceux de Cos cédèrent sans peine à un seul particulier ce qu’ils allaient disputer par les armes à tous les Milésiens ensemble. Thalès le renvoya à Bias, qui, disait-il, était plus sage que lui. Bias, avec la même modestie, le fit passer à un autre ; et, après avoir été envoyé successivement à tous les sept, il revint une seconde fois à Thalès. Enfin il fut porté à Thèbes, et consacré à Apollon Isménien10. Théophraste dit qu’on l’envoya d’abord à Bias, qui demeurait à Priène, que Bias le fit porter à Thalès ; qu’après avoir été envoyé alternativement à tous les sages, il revint à Bias, et qu’enfin il fut porté à Delphes. Telle est la tradition la plus commune sur ce fait ; seulement quelques auteurs disent que ce n’était pas un trépied, mais un vase que Crésus envoyait à Delphes ; suivant d’autres, c’était une coupe que Bathyclès avait travaillée.

5. Voici les particularités qu’on raconte d’une entrevue de Solon avec Anacharsis11, et d’un entretien qu’il eut avec Thalès. Anacharsis, étant venu à Athènes, alla chez Solon ; et, après avoir frappé, il s’annonça pour être un étranger qui venait s’unir avec lui par les liens de l’amitié et de l’hospitalité. Solon lui répondit qu’il valait mieux faire des amis chez soi que d’en aller chercher ailleurs. « Eh bien ! reprit Anacharsis, puisque vous êtes chez vous, faites donc de moi votre ami et votre hôte. » Solon, charmé de la vivacité de sa réponse, lui fit le meilleur accueil, et le retint quelques jours chez lui. Il s’occupait déjà de l’administration des affaires publiques, et commençait à rédiger ses lois. Anacharsis, à qui il en fit part, le railla de son entreprise, et de l’espoir qu’il avait de réprimer par des lois écrites l’injustice et la cupidité de ses citoyens. « Les lois, disait-il, seront pour eux comme des toiles d’araignée : elles arrêteront les faibles et les petits ; les puissants et les riches les rompront et passeront à travers. — Cependant, lui répondit Solon, les hommes gardent les conventions qu’ils ont faites entre eux quand aucune des parties contractantes n’a intérêt à les violer. Je ferai donc des lois si conformes aux intérêts des citoyens, qu’ils croiront eux-mêmes plus avantageux de les maintenir que de les transgresser. » L’événement justifia la conjecture d’Anacharsis, et trompa l’espoir de Solon. Une autre fois qu’Anacharsis avait assisté à une assemblée publique, il dit à Solon : « Je suis étonné que, dans les délibérations des Grecs, ce soient les sages qui conseillent, et les fous qui décident. »

6. Solon, étant allé à Milet pour voir Thalès, lui témoigna sa surprise de ce qu’il n’avait jamais voulu se marier et avoir des enfants. Thalès ne lui répondit rien dans le moment ; mais, ayant laissé passer quelques jours, il fit paraître un étranger qui disait arriver d’Athènes, d’où il était parti depuis dix jours. Solon lui demanda s’il n’y avait rien de nouveau lorsqu’il en était parti. Cet homme, à qui Thalès avait fait la leçon, lui répondit qu’il n’y avait autre chose que la mort d’un jeune homme dont toute la ville accompagnait le convoi. C’était, disait-on, le fils d’un des premiers et des plus vertueux citoyens, qui n’était pas alors à Athènes et qui voyageait depuis longtemps. « Le malheureux père ! s’écria Solon, Comment s’appelait-il ? — Je l’ai entendu nommer, répondit l’étranger, mais j’ai oublié son nom ; je me souviens seulement qu’on ne parlait que de sa sagesse et de sa justice. » A chacune de ces réponses, les craintes de Solon augmentaient ; enfin, troublé, hors de lui-même, il suggéra le nom à l’étranger, et lui demanda si ce jeune homme n’était pas le fils de Solon. « C’est lui-même, » lui répliqua-t-il. A cette parole, Solon, se frappant la tête, se mit à faire et à dire tout ce que la douleur la plus violente peut inspirer. Alors Thalès, lui prenant la main, lui dit en souriant : « Voilà, Solon, ce qui m’a éloigné de me marier et d’avoir des enfants ; j’ai redouté le coup qui vous accable aujourd’hui, et contre lequel toute votre fermeté est impuissante. Mais rassurez-vous, il n’y a rien de vrai dans tout ce qu’on vient de vous dire. » Hermippos rapporte cette histoire d’après le récit qu’en fait Patécus, celui qui prétendait avoir hérité de l’âme d’Ésope.

7. Cependant c’est manquer de sens et de courage que de renoncer à acquérir des choses nécessaires par la crainte de les perdre. A ce compte, il ne faudrait aimer ni la richesse, ni la gloire, ni la sagesse, quand on les possède, de peur d’en être privé. La vertu même, le plus grand et le plus agréable des biens, se perd souvent par l’effet de quelques maladies ou de certains breuvages. Thalès lui-même, en ne se mariant point, n’était pas à l’abri de toute crainte, à moins qu’il ne renonçât aussi à ses parents, à ses amis et à sa patrie. Mais, au contraire, il avait adopté Cybistus, le fils de sa sœur. En effet, notre âme ayant en soi des semences naturelles d’affection, et n’étant pas moins faite pour aimer que pour sentir, pour penser et se souvenir, elle remplace les objets naturels d’attachement qui lui manquent par ceux qu’elle va chercher au dehors ; semblable alors à une maison ou à une terre qui n’a point d’héritiers légitimes, elle donne entrée dans son amour à des étrangers et pour ainsi dire à des bâtards qui s’insinuent auprès d’elle par leurs caresses, se mettent en possession du cœur, et, une fois qu’ils y sont établis, font naître, avec l’attachement qu’ils inspirent, le désir de les conserver et la crainte de les perdre. On voit tous les jours des hommes parler avec la plus grande insensibilité du mariage et des enfants ; et cependant, s’ils viennent à perdre ceux qu’ils ont eus de leurs esclaves ou de leurs concubines, ou seulement s’ils les voient malades, ils se consument en regrets, et s’abandonnent à des plaintes qui décèlent leur pusillanimité. Il en est même pour qui la perte de leurs chevaux ou de leurs chiens est, à leur honte, un sujet d’affliction presque mortelle ; tandis que d’autres, après avoir perdu des enfants vertueux, se sont abstenus de montrer un lâche et honteux abattement, et ont passé le reste de leur vie dans une sage modération. Car c’est la faiblesse, et non pas l’affection, qui cause ces regrets, ces craintes excessives, à des hommes que la raison n’a pas prémunis contre les coups de la fortune, qui ne savent pas jouir du présent, et que l’avenir jette dans des douleurs, des agitations et des angoisses continuelles, par la crainte qu’ils ont de se voir privés un jour de ce qu’ils espèrent. Il ne faut donc recourir ni à la pauvreté, ni à l’indifférence, ni au célibat, afin de n’avoir pas à redouter la perte de sa fortune, de ses amis ou de ses enfants ; c’est dans sa raison seule qu’il faut puiser des forces contre de tels accidents. Mais ce que j’ai dit sur cette matière m’a peut-être trop écarté du sujet qui m’occupe.

8. Les Athéniens, fatigués de la guerre aussi longue que malheureuse qu’ils soutenaient contre les Mégariens, auxquels ils contestaient la possession de l’île de Salamine, défendirent par un décret, sous peine de mort, de jamais rien proposer ni par écrit ni de vive voix pour en revendiquer la propriété. Solon, indigné d’un décret si honteux, voyant d’ailleurs que le plus grand nombre des jeunes gens ne demandait pas mieux que de recommencer la guerre, mais qu’ils n’osaient le proposer, retenus par la crainte de la loi, imagina de contrefaire le fou, et fit répandre dans la ville par les gens même de sa maison qu’il avait perdu l’esprit. Cependant il composa en secret une élégie qu’il apprit par cœur ; et un jour étant sorti brusquement de chez lui, avec un chapeau sur sa tête12, il courut à la place publique. Là, le peuple s’étant assemblé autour de lui, il monta sur la pierre d’où les hérauts faisaient leurs proclamations, et chanta cette élégie, qui commençait par ces mots :

Je viens de Salamine, et je vais vous chanter
Les beaux vers qu’Apollon a daigné me dicter.

Ce poème est appelé Salamine, et contient cent vers, qui sont d’une grande beauté. Il n’eut pas plus tôt fini de les chanter, que ses amis en firent l’éloge ; Pisistrate, de son côté, encouragea si bien les Athéniens à en croire Solon, que le décret fut révoqué, la guerre déclarée, et Solon nommé général.

L’opinion la plus commune sur cette expédition, c’est qu’il s’embarqua avec Pisistrate, qu’il fit voile vers le promontoire de Coliade, où il trouva toutes les femmes athéniennes rassemblées pour faire à Cérès un sacrifice solennel. Il envoie sur-le-champ à Salamine un homme de confiance, qui, se donnant pour un transfuge, propose aux Mégariens, alors maîtres de cette île, de le suivre sans retard au promontoire de Coliade, où ils pourront enlever les principales femmes d’Athènes. Les Mégariens, sur sa parole, dépêchent à l’heure même un vaisseau rempli de soldats. Solon, ayant vu ce vaisseau sortir de Salamine, renvoie promptement toutes les femmes, fait prendre leurs coiffures et leurs vêtements aux jeunes Athéniens qui n’avaient pas encore de barbe, et, après leur avoir fait cacher des poignards sous leurs robes, il leur ordonne d’aller jouer et danser sur le rivage jusqu’à ce que les ennemis fussent descendus à terre, et que le vaisseau ne pût lui échapper. Cet ordre fut exécuté. Les Mégariens, trompés par ces danses, débarquèrent avec sécurité, et se précipiterent à l’envi pour enlever ces prétendues femmes ; mais ils furent tous tués, sans qu’il en échappât un seul ; et les Athéniens, s’étant embarqués à l’instant même, se rendirent maîtres de Salamine.

9. D’autres prétendent que ce ne fut pas là le moyen dont Solon se servit pour surprendre cette île ; mais que, sur un oracle d’Apollon, qui était concu en ces termes :

Commence par offrir de pieux sacrifices ;
Sur les bords d’Asopus honore ces héros
Dont le soleil couchant éclaire les tombeaux,
Et que des vœux ardents te les rendent propices,

Solon se rendit la nuit, à Salamine, et immola des victimes aux héros Périphémos13 et Cychréus. Ensuite les Athéniens lui ayant donné trois cents volontaires, à qui ils assurèrent par un décret le gouvernement de l’île, s’ils s’en rendaient les maîtres, Solon les embarqua sur des bateaux de pêcheurs, escortés par une galère à trente rames, et alla jeter l’ancre vers la pointe de cette île qui regarde l’Eubée. Les Mégariens, qui n’avaient eu sur sa marche que des avis vagues et incertains, coururent aux armes en tumulte, et envoyèrent à la découverte un vaisseau, qui, s’étant trop approché de la flotte des Athéniens, fut pris par Solon. Ce général mit aux fers les soldats qui le montaient, et les remplaça par l’élite des siens, à qui il ordonna de cingler vers Salamine, en se tenant le plus couverts qu’ils pourraient. Lui-même prend le reste de ses troupes, et va par terre attaquer les Mégariens. Pendant qu’il en était aux mains avec eux, les soldats qu’il avait fait embarquer arrivent à Salamine, et sen emparent. Ce récit semble confirmé par ce qui se pratiquait anciennement à Athènes. Tous les ans un vaisseau partait de cette ville, et se rendait sans bruit à Salamine. Des habitants de l’île venaient tumultuairement au-devant du vaisseau ; alors un Athénien, s’élançant sur le rivage, les armes à la main, courait, en jetant de grands cris, vers cette troupe, qui venait de la terre, du côté du promontoire de Scirade, près duquel on voit encore un temple de Mars, que Solon fit bâtir après avoir vaincu les Mégariens. Tous ceux qui n’avaient pas péri dans le combat furent renvoyés, aux conditions qu’il plut à Solon de leur prescrire.

10. Cependant les Mégariens s’obstinaient à vouloir reprendre Salamine. Mais enfin les deux peuples, après avoir souffert réciproquement autant de maux qu’ils avaient pu en faire, prirent les Lacédémoniens pour arbitres, et s’en rapportèrent à leur décision. On dit généralement que Solon, dans cette dispute, s’appuya de l’autorité d’Homère ; que le jour du jugement il cita un vers de l’Iliade, tiré du dénombrement des vaisseaux, auquel il en ajouta un autre de sa façon :

Ajax de Salamine amenait les héros ;
Sous un chef si vaillant marchaient douze vaisseaux ;
Il alla les ranger auprès de ceux d’Athènes.

Mais les Athéniens traitent ce récit de conte puéril ; ils assurent que Solon prouva clairement aux juges que Philaios et Eurysacès, fils d’Ajax, ayant reçu le droit de bourgeoisie à Athènes, firent don de leur île aux Athéniens, et s’établirent l’un à Brauron, l’autre à Mélité, deux bourgs de l’Attique ; et que Philaios donna son nom au bourg des Philéides, d’où était Pisistrate. Solon, ajoutent-ils, pour détruire plus sûrement la prétention des Mégariens, établit la propriété des Athéniens sur cette île par la manière dont on y enterrait les morts, qui était la même qu’à Athènes, et qui différait de celle de Mégare. Dans cette dernière ville, on leur tournait le visage du côté du levant, au lieu que les Athéniens le leur tournaient vers le couchant. Il est vrai qu’Héréas le Mégarien nie le fait, et soutient qu’à Mégare les morts étaient enterrés le visage tourné au couchant. Une preuve plus forte alléguée par cet historien, c’est qu’à Athènes chaque mort avait un tombeau séparé, et qu’à Mégare on en mettait trois ou quatre dans une même sépulture14. Mais on prétend que Solon eut pour lui des oracles de la Pythie dans lesquels le dieu donnait à Salamine le nom de ville ionienne. Ce procès fut jugé par cinq Spartiates, Critolaïdas, Amonpharétos, Hypséchidas, Anaxilas et Cléomène.

11. Ce succès acquit à Solon beaucoup de considération et de crédit ; et sa réputation fut encore accrue par la harangue qu’il prononça pour le temple de Delphes. Il montra qu’on devait en prendre la défense, et ne pas souffrir que les Cirrhéens en profanent l’oracle ; qu’il fallait, pour l’honneur du dieu même, secourir une ville qui lui était consacrée15. Les amphictyons, entraînés par ces raisons, déclarèrent la guerre à ceux de Cirrha. Ce fait est attesté par plusieurs écrivains, et entre autres par Aristote, dans son ouvrage sur les vainqueurs des jeux pythiques, où il attribue ce décret à Solon. Cependant il ne fut pas nommé général ; et c’est à tort qu’Évanthès de Samos l’a avancé, au rapport d’Hermippos. L’orateur Eschine lui-même n’en dit rien ; et l’on voit par les registres de Delphes que ce fut Alcméon, et non pas Solon, qui commanda les Athéniens dans cette guerre.

12. Depuis longtemps le crime cylonien causait de grands troubles dans Athènes16. Ils avaient pris naissance lorsque, les complices de Cylon s’étant réfugiés dans le temple d’Athéna, l’archonte Mégaclès les persuada de se présenter en jugement ; et comme ils craignaient de perdre leur droit d’asyle, il leur conseilla d’attacher à la statue de la déesse un fil qu’ils tiendraient à la main. Quand ils furent près du temple des Euménides, le fil s’étant rompu de lui-même, Mégaclès et ses collègues se saisirent d’eux, sous prétexte que cet accident prouvait que la déesse leur refusait sa protection. Ils lapidèrent tous ceux qui furent pris hors du temple, et ceux qui s’y étaient sauvés furent massacrés au pied des autels. Il n’en échappa à la mort que quelques uns, qui allèrent en suppliants se jeter aux pieds des femmes des archontes. Cette action atroce fit regarder les magistrats comme des sacrilèges, et les rendit les objets de la haine publique. Ceux qui étaient restés du parti de Cylon, ayant repris du crédit et de l’autorité, furent toujours en guerre ouverte avec les descendants de Mégaclès. Cette sédition était alors dans sa plus grande force, et le peuple était partagé entre les deux factions. Solon, mettant à profit l’estime dont il jouissait, employa près d’elles sa médiation ; et, secondé par les principaux Athéniens, il parvint, à force de prières et de remontrances, à déterminer ceux qu’on nommait les sacrilèges à se soumettre au jugement de trois cents des plus honnêtes citoyens. La cause fut plaidée sur l’accusation de Milon, du bourg de Phlyées. On condamna les sacrilèges ; ceux qui vivaient encore furent bannis ; on déterra les ossements de ceux qui étaient morts, et on alla les jeter hors du territoire de l’Attique. Cependant ceux de Mégare, profitant de ces troubles, attaquèrent les Athéniens, les chassèrent de Nisaia, et reprirent Salamine.

Au chagrin que ces pertes causèrent à ceux-ci se joignirent des craintes superstitieuses dont la ville fut frappée, et qui venaient d’apparitions de spectres et de fantômes. Les devins déclarèrent aussi que l’état des victimes qu’ils avaient offertes annonçait des crimes et des profanations qu’il fallait expier. On fit donc venir de Crète Épiménide le Phaestien, qui est mis au nombre des sept sages par ceux qui n’y comptent pas Périandre. Il passait pour un homme chéri des dieux, doué d’une grande sagesse, fort instruit des choses divines, surtout versé dans la science des inspirations et dans la connaissance des mystères ; on l’appelait, même de son vivant, le nouveau Curète, le fils de la nymphe Blasté17. Dès qu’il fut arrivé à Athènes, il s’y lia d’amitié avec Solon, l’aida à rédiger ses lois, et lui fraya la route pour disposer les Athéniens à les recevoir, en les accoutumant à moins de dépense dans leur culte religieux et à plus de modération dans leur deuil. Il leur apprit d’abord à faire, pour leurs funérailles, certains sacrifices qu’il substitua aux pratiques superstitieuses, aux coutumes dures et barbares, auxquelles la plupart des femmes étaient auparavant fort attachées. Mais ce qui était plus important, il fit un grand nombre d’expiations et de sacrifices ; il fonda plusieurs temples ; et par ces différentes cérémonies il purifia entièrement la ville, en bannit l’impiété et l’injustice, et la rendit plus soumise, plus disposée à l’union et à la paix. On rapporte aussi que, lorsqu’il vit le fort de Mounychie, il le considéra longtemps, et dit à ceux qui l’acompagnaient : « Que les hommes sont aveugles sur l’avenir ! Si les Athéniens pouvaient prévoir tous les maux que ce lieu doit un jour causer à leur ville, ils l’emporteraient à belles dents. » Thalès eut aussi, dit-on, un pressentiment à peu près semblable. Il ordonna qu’on l’enterrât dans le lieu le plus sauvage et le plus désert du territoire de Milet ; et il prédit aux Milésiens qu’un jour leur marché public y serait transporté. Les Athéniens, pleins de reconnaissance et d’admiration pour Épiménide, voulurent le combler d’honneurs et de présents ; mais il ne demanda qu’une branche de l’olivier sacré, qui lui fut accordée, et il s’en retourna en Crète.

13. Le bannissement de tous ceux qui étaient complices du crime cylonien avait rétabli la tranquillité dans Athènes ; mais bientôt les anciennes dissensions sur le gouvernement se ranimèrent, et la ville se partagea en autant de factions qu’il y avait de différentes sortes de territoires dans l’Attique. Les habitants de la montagne demandaient un gouvernement populaire, ceux de la plaine préféraient un état oligarchique, et ceux de la côte, portés pour un gouvernement mixte, balançaient les deux autres partis, et empêchaient que l’un n’eût l’avantage sur l’autre. Dans le même temps, la division que cause presque toujours entre les pauvres et les riches l’inégalité de fortune étant plus animée que jamais, la ville, dans une situation si critique, semblait n’avoir d’autre moyen de pacifier les troubles et d’échapper à sa ruine que de se donner un roi. Les pauvres, accablés par les dettes qu’ils avaient contractées envers les riches, étaient contraints de leur céder le sixième du produit de leurs terres ; ce qui leur faisait donner le nom de sixenaires et de mercenaires ; ou bien, réduits à engager leurs propres personnes, ils se livraient au pouvoir de leurs créanciers, qui les retenaient comme esclaves ou les envoyaient vendre en pays étranger. Plusieurs même étaient forcés de vendre leurs propres enfants, ce qu’aucune loi ne défendait ; ou ils fuyaient leur patrie, pour se dérober à la cruauté des usuriers. Le plus grand nombre et les plus animés d’entre eux, s’étant assemblés, s’excitèrent les uns les autres à ne plus souffrir ces indignités ; ils résolurent de se donner pour chef un homme digne de leur confiance, d’aller sous sa conduite délivrer les débiteurs qui n’avaient pu payer aux termes convenus, de faire un nouveau partage des terres, et de changer toute la forme du gouvernement.

14. Dans cette fâcheuse conjoncture, les plus sages des Athéniens eurent recours à Solon, comme le seul qui ne fût suspect à aucun des partis, parce qu’il n’avait ni partagé l’injustice des riches, ni approuvé le soulèvement des pauvres ; ils le prièrent de prendre en main les affaires et de mettre fin à ces divisions. Phanias de Lesbos18 prétend que Solon, pour sauver la ville, trompa également les deux factions ; qu’il promit secrètement aux pauvres le partage des terres, et aux riches la confirmation de leurs créances. Il ajoute cependant que Solon balança longtemps s’il prendrait une administration si difficile, où il avait à craindre et l’avarice des uns et l’insolence des autres. Enfin il fut élu archonte après Philombrotos, et chargé en même temps de faire des lois de pacification. Ce choix fut agréable à tous les partis : aux riches, parce que Solon l’était lui-même ; aux pauvres, parce qu’ils le connaissaient pour homme de bien. Il courut même alors ce mot de lui, que l’égalité ne produit pas la guerre ; mot qui plut et aux riches et aux pauvres : les premiers espéraient compenser cette égalité par leurs dignités et leur vertu ; les autres l’attendaient de leur nombre et de la mesure des terres qui leur seraient distribuées. Les deux partis ayant donc conçu les plus grandes espérances, leurs chefs sollicitaient Solon de se faire roi, et de prendre le gouvernement d’une ville où il avait déjà tout le pouvoir. La plupart même de ceux qui tenaient le milieu entre les deux partis, n’espérant pas de la raison et des lois un changement favorable, n’étaient pas éloignés de remettre toute l’autorité entre les mains de l’homme le plus juste et le plus sage. On dit même qu’il reçut de Delphes l’oracle suivant :

A la poupe placé, le gouvernail en main,
De ce vaisseau flottant assure le destin ;
Tous les Athéniens te seront favorables.

Ses amis surtout lui reprochaient de n’oser s’élever à la monarchie parce qu’il en craignait le nom ; comme si la vertu de celui qui s’était emparé de la tyrannie n’en faisait pas une royauté légitime. N’en a-t-on pas vu, lui disaient-ils, un exemple en Eubée, dans la personne de Tynnondas ? et ne le voyons-nous pas encore aujourd’hui à Mitylène, où l’on a investi Pittacos du pouvoir suprême ? Mais Solon ne put être ébranlé par toutes ces raisons ; il répondit à ses amis que la tyrannie était un beau pays, mais qu’il n’avait point d’issue. Dans ses poésies, il dit sur ce sujet à Phocos :

Si je n’ai point, voulu, tyran de ma patrie,
En usurpant ses droits, voir ma gloire flétrie,
Je ne m’en repens point : par ce noble refus
J’ai de tous les mortels surpassé les vertus.

Cela prouve qu’avant même d’avoir publié ses lois, il jouissait d’une grande considération. Au reste, il rapporte lui-même dans ses poésies les railleries qu’on faisait de lui pour avoir refusé la puissance souveraine :

Que Solon a manqué d’esprit et de prudence !
Les dieux lui présentaient la suprême grandeur ;
De la plus belle proie il avait l’assurance
Pour tirer le filet il a manqué de cœur.
Il n’en faut plus douter, sa folie est extrême.
Maître de posséder les plus riches trésors,
N’eût-il dit qu’un seul jour portant le diadème,
Etre écorché tout vif, voir tous ses parents morts,
Et pour toujours enfin sa race exterminée,
Devait-il rejeter sa haute destinée ?

15. Voilà comment il fait parler sur son compte les gens du peuple et les méchants. Mais le refus qu’il avait fait de régner ne le rendit pas plus lâche ni plus mou dans l’administration des affaires. Il ne céda rien par faiblesse aux citoyens puissants, et ne chercha pas dans ses lois à flatter ceux qui l’avaient élu. Il conserva tout ce qui lui parut supportable ; il ne voulut pas trancher dans le vif et appliquer mal à propos des remèdes violents, de peur qu’après avoir changé et bouleversé toute la ville, il n’eût pas assez de force pour la rétablir et lui donner une meilleure forme de gouvernement. Il ne se permit que les changements qu’il crut pouvoir faire adopter par persuasion, ou recevoir d’autorité, en unissant, comme il le disait lui-même, la force à la justice. On lui demanda quelque temps après s’il avait donné aux Athéniens les lois les meilleures. « Oui, répondit-il, les meilleures qu’ils pussent recevoir. » Des écrivains modernes disent que les Athéniens ont coutume d’adoucir la dureté de certaines choses en les exprimant par des termes doux et honnêtes : par exemple, ils appellent les courtisanes, des amies ; les impôts, des contributions ; les garnisons, des gardes de ville ; les prisons, des maisons. Cet adoucissement fut, à ce qu’il paraît, une invention de Solon, qui donna le nom de décharge à l’abolition des dettes.

Sa première ordonnance portait que toutes les dettes qui subsistaient seraient abolies, et qu’à l’avenir les engagements pécuniaires ne seraient plus soumis à la contrainte par corps. Cependant quelques auteurs, entre autres Androtion, ont dit que Solon n’abolit pas les dettes ; qu’il en réduisit seulement les intérêts ; et que les pauvres, satisfaits de ce soulagement, donnèrent eux-mêmes le nom de décharge à cette loi pleine d’humanité. Elle comprenait aussi l’augmentation des mesures et de la valeur des monnaies. La mine ne valait que soixante-treize drachmes ; elle fut portée à cent : de manière que ceux qui devaient des sommes considérables, en donnant une valeur égale en apparence, quoique moindre en effet, gagnaient beaucoup, sans rien faire perdre à leurs créanciers. Cependant la plupart des auteurs conviennent que cette décharge fut une véritable abolition de toutes les dettes ; et leur sentiment est confirmé par ce que Solon lui-même en a dit dans ses poésies, où il se glorifie d’avoir fait disparaître de l’Attique ces écriteaux qui désignaient les terres engagées pour dettes19. Le territoire d’Athènes, disait-il, auparavant esclave, est libre maintenant ; les citoyens qu’on avait adjugés à leurs créanciers ont été, les uns ramenés des pays étrangers où on les avait vendus et où ils avaient si longtemps erré qu’ils n’entendaient plus la langue attique ; les autres, remis en liberté dans leur propre pays, où ils étaient réduits au plus honteux esclavage.

Cette ordonnance lui attira le plus fâcheux déplaisir qu’il pût éprouver. Pendant qu’il s’occupait de cette abolition, qu’il travaillait à la présenter sous les termes les plus insinuants, et à mettre en tête de sa loi un préambule convenable, il en communiqua le projet à trois de ses meilleurs amis, Conon, Clinias, et Hipponicus, qui avaient toute sa confiance. Il leur dit qu’il ne toucherait pas aux terres, et qu’il abolirait seulement les dettes. Ceux-ci, se hâtant de prévenir la publication de la loi, empruntent à des gens riches des sommes considérables, et en achètent de grands fonds de terres. Quand le décret eut paru, ils gardèrent les biens, et ne rendirent pas l’argent qu’ils avaient emprunté. Leur mauvaise foi excita des plaintes amères contre Solon, et le fit accuser d’avoir été non la dupe de ses amis, mais le complice de leur fraude. Ce soupçon injurieux fut bientôt détruit quand on le vit, aux termes de sa loi, faire la remise de cinq talents qui lui étaient dus, ou même de quinze, selon quelques auteurs, et entre autres Polyzélos de Rhodes. Cependant ses trois amis furent appelés depuis les Chréocopides [escrocs].

16. Cette ordonnance déplut également aux deux partis : elle offensa les riches, qui perdaient leurs créances ; et mécontenta encore plus les pauvres, qui se voyaient frustrés du nouveau partage des terres qu’ils avaient espéré, et qui n’obtenaient pas cette parfaite égalité de biens que Lycurgue avait établie entre les citoyens. Mais Lycurgue était le onzième descendant d’Héraclès ; il avait régné plusieurs années à Lacédémone ; il y jouissait d’une grande autorité ; il avait beaucoup d’amis ; il possédait de grands biens ; et tous ces avantages lui furent d’un grand secours pour exécuter son plan de réforme. Avec tout cela, il fut obligé d’employer la force plus encore que la persuasion ; et il lui en coûta un oeil pour faire passer la plus importante de ses institutions, la plus propre à rendre sa ville heureuse, à y maintenir la concorde, en ne laissant parmi les citoyens ni riche ni pauvre. Solon, au contraire, né d’une famille plébéienne et dans une condition médiocre, ne pouvait aspirer à une pareille entreprise ; mais du moins ne resta-t-il pas au-dessous des moyens qu’il avait en sa puissance, n’étant soutenu que par sa sagesse et par la confiance qu’on avait en lui. Au reste, il témoigne lui-même que cette loi avait offensé la plupart des Athéniens, qui s’étaient attendus à autre chose.

Ceux qui, le cœur rempli d’une douce espérance,
De me plaire d’abord se montraient si jaloux,
Ne roulent aujourd’hui que projets de vengeance,
Et fixent tous sur moi des yeux pleins de courroux.
Mais, ajoute-t-il, tout autre, avec la même autorité,
N’eût pu d’un peuple altier réprimer la licence,
Qu’il ne l’eût épuisé, réduit à l’indigence.

Toutefois les Athéniens ne tardèrent pas à reconnaître l’utilité de cette loi ; ils cessèrent de murmurer, firent en commun un sacrifice qu’ils appelèrent le sacrifice de la décharge, confirmèrent à Solon le titre de législateur, et le chargèrent de réformer le gouvernement. Ils lui conférèrent pour cela un pouvoir si illimité, qu’il se trouva maître des charges, des assemblées, des délibérations et des jugements ; qu’il pouvait créer tous les officiers publics, régler leurs revenus, leur nombre, la durée de leur administration, et révoquer ou confirmer à son gré tout ce qui avait été fait avant lui.

17. Il commença par abroger toutes les lois de Dracon20, excepté celles qui regardaient le meurtre. Excessivement sévères dans les punitions, elles ne prononçaient qu’une même peine pour toutes les fautes : c’était la peine de mort. Ceux qui étaient convaincus d’oisiveté, ceux qui n’avaient volé que des légumes ou des fruits, étaient punis avec la même rigueur que les sacrilèges et les homicides. Aussi, dans la suite, Demade disait-il avec raison que Dracon avait écrit ses lois non avec de l’encre, mais avec du sang. Quand on demandait à ce législateur pourquoi il avait ordonné la peine de mort pour toutes les fautes, il répondait : « J’ai cru que les moindres fautes mentaient cette peine, et je n’en ai pas trouvé d’autre pour les plus grandes. »

18. En second lieu, Solon, voulant laisser les riches en possession des magistratures et donner aux pauvres quelque part au gouvernement dont ils étaient exclus, fit faire une estimation des biens de chaque particulier. Il rangea dans la première classe les citoyens qui avaient cinq cents médimnes de revenu, tant en grains qu’en liquides ; et il les appela les pentacosiomédimnes. La seconde classe comprit ceux qui avaient trois cents médimnes, et qui pouvaient nourrir un cheval ; ils furent nommés les chevaliers. Ceux qui avaient deux cents médimnes composèrent la troisième classe, sous le nom de zeugites. Tous les autres dont le revenu était au-dessous de deux cents mines furent appelés thètes. Il ne permit pas à ces derniers l’entrée dans les magistratures, et ne leur donna d’autre part au gouvernement que le droit de voter dans les assemblées et dans les jugements ; droit qui ne parut rien d’abord, mais qui dans la suite devint très considérable : car la plupart des procès étaient portés devant les juges, et l’on appelait au peuple de tous les jugements que rendaient les magistrats. D’ailleurs l’obscurité des lois de Solon, les sens contradictoires qu’elles présentaient souvent, accrurent beaucoup l’autorité des tribunaux. Comme on ne pouvait pas décider les affaires par le texte même des lois, on avait toujours besoin des juges, à qui l’on portait en dernier appel la décision de tous les différents, ce qui les mettait en quelque sorte au-dessus même des lois. Solon, dans ses poésies, parle de cette compensation qu’il avait établie entre les riches et les pauvres :

Le peuple a par mes lois un crédit suffisant ;
J’ai voulu qu’il ne fût ni faible ni puissant.
Pour ceux qui possédaient le pouvoir, l’opulence,
Ils n’auront pas du peuple à craindre l’insolence.
En munissant chacun du plus fort bouclier,
J’ai su de leurs fureurs sauver le corps entier.

Pour donner un nouveau soutien à la faiblesse du peuple, il permit à tout Athénien de prendre la défense d’un citoyen insulté. Si quelqu’un avait été blessé, battu, outragé, le plus simple particulier avait le droit d’appeler, et de poursuivre l’agresseur en justice. Le législateur avait sagement voulu accoutumer les citoyens à se regarder comme membres d’un même corps, à ressentir, à partager les maux les uns des autres. On cite de lui un mot qui a rapport à cette loi. On lui demandait un jour quelle était la ville la mieux policée : « C’est, répondit-il, celle où tous les citoyens sentent l’injure qui a été faite à l’un d’eux, et en poursuivent la réparation aussi vivement que celui qui l’a reçue. »

19. Il établit le sénat de l’aréopage, et le composa de ceux qui avaient rempli les fonctions d’archonte. Comme il avait lui-même exercé cette magistrature, il fut un des membres du sénat. Mais ayant observé que l’abolition des dettes avait donné au peuple de l’arrogance et de la fierté, il créa un second conseil, composé de quatre cents membres, cent de chaque tribu, dans lequel on discutait les affaires avant de les porter à l’assemblée générale ; de sorte que le peuple ne connaissait d’aucune affaire qu’elle n’eût été examinée auparavant dans ce conseil. L’aréopage, comme cour suprême, eut l’intendance de toutes les affaires, et fut chargé de faire observer les lois. Solon pensa que la ville, contenue et affermie par ces deux conseils comme par deux fortes ancres, éprouverait moins d’agitation, et que le peuple serait plus tranquille. La plupart des auteurs assurent que Solon, comme on vient de le dire, établit l’aréopage ; et ce qui paraît donner un grand poids à leur témoignage, c’est que Dracon ne parle jamais des aréopagistes, qu’il ne les nomme seulement pas ; et que dans ses lois, lorsqu’il s’agit de crimes capitaux, il adresse toujours la parole aux éphètes. Cependant la huitième loi de la treizième table de Solon porte expressément : « Tous les citoyens qui ont été notés d’infamie avant que Solon fût archonte seront réhabilités, à l’exception de ceux qui, pour cause de meurtre et de brigandage, ou pour avoir aspiré à la tyrannie, ont été condamnés par l’aréopage, par les éphètes, ou par les rois dans le Prytanée, et qui étaient contumaces lorsque cette loi a été promulguée. » Ces paroles semblent prouver que l’aréopage était établi avant l’archontat de Solon et la publication de ses lois. En effet, quels sont ceux qu’aurait condamnés l’aréopage avant la magistrature de Solon, si ce législateur a établi ce sénat et lui a attribué le droit de juger ? Peut-être le texte est-il obscur et défectueux, et faut-il l’entendre dans ce sens, que ceux qui auraient été convaincus, avant la publication de la loi, de ces crimes dont le jugement était réservé à l’aréopage, aux éphètes et aux prytanes, resteraient sous les liens de la condamnation, et que les autres seraient absous. C’était du moins l’intention du législateur.

20. Parmi les autres lois de Solon, il en est une fort étrange, qui note d’infamie tout citoyen qui, dans une sédition, ne se déclare pour aucun parti. Apparemment il ne voulait pas que les particuliers fussent indifférents et insensibles aux calamités publiques, et que, contents d’avoir mis en sûreté leurs personnes et leurs biens, ils se fissent un mérite de n’avoir pris aucune part aux maux de la patrie. Il voulait que, dès le commencement de la sédition, ils s’attachent à la cause la plus juste, et qu’au lieu d’attendre de quel côté la victoire se déclarerait, ils secourent les gens honnêtes et partagent avec eux le danger. Une autre de ses lois, qui me paraît aussi absurde que ridicule, c’est celle qui permet à une riche héritière, dont le mari est impuissant, et ne l’a épousée qu’en vertu de la loi, d’habiter avec celui des parents de son mari qu’elle préférera. Quelques personnes cependant approuvent cette loi, et trouvent juste qu’on punisse la cupidité de ceux qui, inhabiles au mariage, épousent de riches héritières pour jouir de leurs biens, et s’autorisent de la loi pour outrager la nature. Instruits que leurs femmes pourront s’attacher à un autre, ou ils renonceront au mariage, ou ils ne se marieront que pour leur honte, et pour subir la juste peine de leur avarice et de leur imprudence. C’est, dit-on encore, avec beaucoup de sagesse que dans ce cas le législateur a voulu que la femme ne pût fixer son choix que sur un parent du mari, afin que les enfants qui en naîtraient fussent du même sang et de la même race. C’est par un semblable motif qu’il ordonna aux nouveaux mariés de se renfermer ensemble pour manger l’un et l’autre du coing, et qu’il obligea le mari de voir sa femme au moins trois fois par mois. Quoiqu’il n’en vienne point d’enfants, c’est toujours un honneur qu’il rend à la vertu de sa femme. D’ailleurs ces marques de tendresse dissipent les sujets de mécontentement qui naissent si souvent entre les époux, et les empêchent de dégénérer en une rupture ouverte. Il proscrivit les dots pour les autres mariages, et régla que les femmes n’apporteraient à leurs maris que trois robes et quelques meubles de peu de valeur. Il voulut que le mariage fût moins un objet de trafic et de lucre qu’une société intime entre le mari et la femme, qui n’eût pour but que d’avoir des enfants et de goûter ensemble les douceurs d’une tendresse mutuelle. La mère de Denys le tyran demandait à son fils de la marier à un jeune homme de Syracuse. « J’ai bien pu, lui répondit-il, usurper la tyrannie de la ville et en violer les lois ; mais il n’est pas en mon pouvoir de forcer les lois de la nature pour faire de ces mariages que l’âge ne permet pas. » Il ne faut pas autoriser dans les villes un pareil désordre, ni tolérer ces unions si disproportionnées qui ne sauraient avoir aucune douceur, et qui ne peuvent remplir aucune des fins qu’on se propose dans le mariage. Un sage magistrat, un législateur sensé, pourraient appliquer à un vieillard qui épouse une jeune femme ce qu’on dit à Philoctète21  :

Malheureux ! peux-tu bien songer au mariage ?

Et s’ils voyaient un jeune homme s’engraisser auprès d’une vieille femme, comme les mâles des perdrix s’engraissent près de leurs femelles, ils l’en arracheraient pour le faire passer dans la maison d’une jeune femme qui n’aurait pas de mari. Mais en voilà assez sur cette matière.

21. On approuve fort une loi de Solon qui défend de dire du mal des morts. En effet, c’est un devoir religieux et saint que celui qui nous fait regarder les morts comme sacrés : la justice commande de respecter la mémoire de ceux qui ne sont plus ; la politique même ne veut pas que les haines soient immortelles. Il défendit pareillement d’injurier personne dans les temples, dans les tribunaux, dans les assemblées et dans les jeux. Il condamna les contrevenants à une amende de cinq drachmes, dont trois applicables à la personne offensée, et les deux autres au trésor public. Ne pouvoir modérer nulle part sa colère, c’est l’effet d’un naturel violent et emporté ; la maîtriser partout est difficile, impossible même à certaines personnes. La loi donc doit prescrire ce qui est communément praticable, si elle veut que la punition d’un petit nombre soit profitable aux autres ; elle doit éviter de multiplier sans fruit les châtiments et les peines.

Sa loi sur les testaments fut aussi fort applaudie. Jusqu’à lui, les Athéniens n’avaient pas eu le pouvoir de tester ; tous les biens du mourant retournaient à sa famille. Solon, qui préférait l’amitié à la parenté, la liberté du choix à la contrainte, et qui voulait que chacun fût véritablement maître de ce qu’il avait, permit à ceux qui étaient sans enfants de disposer de leurs biens comme ils voudraient. Mais il n’approuva pas indistinctement toute espèce de donation ; il n’autorisa que celles qu’on aurait faites sans avoir l’esprit aliéné ou affaibli par des maladies, par des breuvages et des enchantements, sans avoir éprouvé de violence ou avoir été séduit par les caresses d’une femme. Il pensait avec raison qu’il n’y a point de différence entre les transgressions de la loi qui sont l’ouvrage de la violence, et celles qui sont l’effet de la séduction. Il mettait au même rang la surprise et la force, la douleur et la volupté, comme également capables de troubler la raison.

Il régla par une autre loi les voyages des femmes, leurs deuils, leurs sacrifices, et réprima la licence et les désordres qui s’y étaient introduits. Il leur défendit d’aller hors de la ville avec plus de trois robes, de porter des provisions pour plus d’une obole, d’avoir une corbeille de plus d’une coudée de grandeur, de marcher la nuit autrement qu’en chariot et précédées d’un flambeau. Il ne leur fut plus permis de se meurtrir le visage aux enterrements, de faire des lamentations simulées, d’affecter des gémissements et des cris en suivant un convoi, lorsque le citoyen décédé n’était pas leur parent. Il ne voulut pas qu’on sacrifiât un bœuf sur le tombeau du défunt, qu’on enterrât avec lui plus de trois habits, qu’on allât aux sépultures d’autrui après le jour de l’enterrement ; défenses qui, pour la plupart, subsistent encore dans nos lois. On y a même ajouté que les magistrats qui exercent la censure sur les femmes condamneraient à l’amende les contrevenants à cette loi comme des efféminés, sujets à toutes les faiblesses du sexe.

22. La population d’Athènes s’augmentait chaque jour par le grand nombre d’étrangers qu’attirait de toutes parts la liberté dont on jouissait dans l’Attique. Mais la plus grande partie de son territoire n’offrait qu’un sol ingrat et stérile ; et les marchands qui faisaient le commerce maritime n’apportaient rien à ceux qui n’avaient rien à leur donner en échange. Solon, frappé de ces inconvénients, tourna du côté des arts l’industrie de ses citoyens, et fit une loi qui dispensait un fils de l’obligation de nourrir son père quand il ne lui aurait pas fait apprendre un métier. Lycurgue, qui habitait une ville dont le sol n’était pas souillé par une tourbe d’hommes méprisables, dont le territoire, comme le dit Euripide, aurait suffi à nourrir le double de citoyens, et qui surtout était environnée d’une multitude d’ilotes qu’il ne fallait pas laisser dans l’oisiveté, mais fatiguer et comprimer par un travail continuel ; Lycurgue eut raison d’interdire aux Spartiates toutes les professions abjectes et mercenaires, de les tenir sans cesse sous les armes, et de ne les exercer qu’au métier de la guerre. Mais Solon, qui accommodait bien plus les lois aux choses que les choses aux lois, qui voyait que le pays, naturellement pauvre, et suffisant à peine à la subsistance des laboureurs, ne pourrait, à plus forte raison, nourrir une populace oisive, mit les arts en honneur, et chargea l’aréopage de s’assurer des moyens que chaque citoyen avait pour vivre, et de punir ceux qui vivaient dans l’oisiveté22. Une loi bien plus rigoureuse, au jugement d’Héraclide du Pont, c’est celle qui dispensait les enfants nés d’une courtisane de l’obligation de nourrir leur père. Celui, disait Solon, qui méprise la dignité du mariage montre sensiblement qu’il s’attache à une femme, non par le désir d’avoir des enfants, mais par le seul attrait de la volupté. Il a donc sa récompense, et il ne s’est réservé aucun droit sur des enfants pour qui la naissance est un opprobre.

23. En général, les lois de Solon qui regardent les femmes renferment de grandes inconséquences. Par exemple, il permet de tuer celui qu’on surprend en adultère23 ; et le ravisseur d’une femme libre, lors même qu’il lui a fait violence, il ne le condamne qu’à une amende de cent drachmes. S’il l’a enlevée pour la prostituer, l’amende n’est que de vingt drachmes. Il excepte de cette peine les ravisseurs des femmes qui se vendent publiquement, c’est-à-dire des courtisanes qui s’abandonnent sans honte au premier qui les paie. Il défend aux Athéniens de vendre leurs filles et leurs sœurs, à moins qu’ils ne les aient surprises en faute avant d’être mariées. Mais est-il raisonnable de punir le même crime tantôt avec la plus grande rigueur, tantôt avec une douceur extrême, et d’en faire comme un jeu en ne le condamnant qu’à une légère amende ? Peut-être aussi que la rareté de l’argent à Athènes, et la difficulté de s’en procurer, rendaient ces amendes pécuniaires très onéreuses : car, dans l’estimation pour les frais des sacrifices, il évalue un mouton et une drachme à une médimne de blé. Celui qui avait remporté le prix aux jeux isthmiques recevait cent drachmes, et le vainqueur des jeux olympiques en avait cinq cents. Il donne cinq drachmes à celui qui apportera la tête d’un loup, et une drachme seulement si c’est une louve. La première somme était, suivant Démétrius de Phalère, la valeur d’un bœuf, et la seconde celle d’un mouton. Dans la seizième table de ses lois, le prix des victimes d’élite est plus fort ; mais il est médiocre en comparaison de ce qu’elles coûtent aujourd’hui. De tout temps les Athéniens, dont le pays est plus propre à la nourriture des troupeaux qu’à la culture du blé, ont fait la guerre aux loups. Quelques auteurs disent même que les tribus d’Athènes n’ont pas pris leurs noms des fils d’Ion, mais des différents genres de vie qui les avaient d’abord partagés en autant de classes. On nomma Hoplètes ceux qui suivaient la profession des armes ; les artisans furent appelés Argades ; des deux autres classes, les laboureurs eurent le nom de Téléontes, et les bergers celui d’Aigicores.

L’Attique n’a ni rivières ni lacs ; on y trouve très peu de fontaines, et presque partout on n’a d’autre eau que celle des puits que l’on creuse. Solon fit donc une loi qui permettait à ceux qui ne seraient éloignés d’un puits public que de la course d’un cheval, c’est-à-dire de quatre stades, d’aller y puiser de l’eau ; s’ils en étaient à une plus grande distance, ils étaient obligés de chercher de l’eau dans leur propre fonds ; si, après avoir creusé dix brasses, ils n’en trouvaient pas, alors ils pouvaient aller au puits le plus prochain, en puiser deux fois par jour une cruche de six pots. Il croyait juste de fournir au besoin, mais non d’entretenir la paresse. Il régla aussi avec intelligence les distances qu’il faudrait observer dans les plantations. Les arbres ordinaires devaient être à cinq pieds du champ, et à neuf si c’était un figuier ou un olivier, parce qu’ils poussent très loin leurs racines, et que leur voisinage ne convient pas à tous les arbres ; il y en a dont ils absorbent la nourriture, et d’autres à qui leurs émanations sont nuisibles. Il ordonna de creuser les fossés à autant de distance des fonds voisins que ces fossés auraient de profondeur, et que les nouvelles ruches qu’on établirait fussent à trois cents pieds de celles qu’un autre aurait déjà placées.

24. De toutes les productions indigènes, il ne permit de vendre aux étrangers que l’huile, et défendit l’exportation des autres24. Il chargea l’archonte de maudire les contrevenants à cette loi, sous peine de payer lui-même au trésor public une amende de cent drachmes. Cette loi est dans la première de ses tables. Ce n’est donc pas sans fondement qu’on a dit qu’autrefois il était défendu d’exporter des figues de l’Attique, et que les délateurs de ceux qui en avaient exporté étaient appelés sycophantes. Il fixa pareillement la réparation du dommage causé par des animaux. Si un chien avait mordu quelqu’un, le maître était tenu de le lui livrer avec un billot au cou de quatre coudées de long, moyen assez bien imaginé pour prévenir ces sortes d’accidents.

On a des doutes sur le vrai sens de la loi relative aux étrangers qui pourraient acquérir le droit de bourgeoisie à Athènes. Elle n’accorde ce droit qu’à des gens bannis à perpétuité de leur pays ou qui seraient venus s’établir à Athènes avec toute leur famille pour y exercer un métier. Le but de cette loi n’était pas, dit-on, d’éloigner les étrangers, mais au contraire de les attirer par la certitude qu’on leur donnait de devenir citoyens. Il croyait que c’étaient les gens à qui l’on pouvait le plus se fier : les uns parce qu’ils avaient été forcés de quitter leur patrie sans espoir d’y retourner, les autres parce qu’ils y avaient renoncé volontairement. Une loi particulière à Solon, c’est celle qui regarde les repas qu’on faisait en public, ce qu’il appelle parasiter. Il défend d’y aller souvent, et il établit une peine contre celui qui n’y va pas à son tour. Il attribuait l’un à l’intempérance, et l’autre à un mépris des coutumes publiques25.

25. Il ne donna de force à toutes ses lois que pour cent ans, et les fit écrire sur des rouleaux de bois en forme d’essieux, qui tournaient dans des cadres où ils étaient enchâssés. On en conserve encore des fragments dans le Prytanée, et, suivant Aristote, on les appelait cyrbes [kyrbes]26. Le poète Cratinus leur donne aussi ce nom dans une de ses pièces, où il dit :

Par Solon et Dracon, ces auteurs de nos lois,
Dont les cyrbes déjà nous font bouillir des pois.

D’autres prétendent qu’on ne donnait le nom de cyrbes qu’aux tables dont les lois réglaient les cérémonies de la religion et des sacrifices ; les autres étaient simplement appelées tables. Tout le conseil jura de maintenir les lois de Solon, et chacun des thesmothètes fit en particulier le même serment, sur la grande place, près de la pierre où se font les proclamations publiques. Il s’obligea, s’il venait à en violer une seule, de consacrer dans le temple de Delphes une statue d’or de son poids.

Solon avait observé l’inégalité des mois ; il avait vu que le mouvement de la lune ne s’accordait ni avec le lever ni avec le coucher du soleil ; que souvent en un même jour elle l’atteignait et le devançait. Il régla que ce jour serait appelé la vieille et la nouvelle lune : il attribua au mois qui finissait la partie du jour qui précédait la conjonction ; et la partie qui la suivait, au mois commençant. Cela porte à croire qu’il est le premier qui ait bien compris le sens de ce vers d’Homère :

Lorsqu’un des mois commence et que l’autre finit.

Solon appela le jour suivant neoménie [nouménie = nouvelle lune] ; et depuis le vingt du mois jusqu’au trente il compta non par addition, mais par soustraction, en suivant toujours le décours de la lune.

Dès que ses lois eurent été publiées, il se vit assailli par une foule de gens qui venaient les uns pour les louer ou les blâmer, les autres pour le prier d’y ajouter ou d’en retrancher à leur gré. La plupart lui en demandaient des explications, et voulaient qu’il leur en développât le sens et la manière dont il fallait les entendre. Il eût été déraisonnable de les refuser ; les satisfaire, c’était s’exposer à l’envie. Pour éviter ces difficultés, pour se dérober aux importunités et aux plaintes (car dans les grandes affaires, comme il le disait lui-même,

Il n’est pas bien aisé de plaire à tout le monde),

il demanda aux Athéniens un congé de dix ans, et s’embarqua sous prétexte qu’il voulait aller commercer sur mer. Il espéra que ce temps-là suffirait pour les accoutumer à ses lois.

26. Il alla d’abord en Égypte, où, comme il le dit, il demeura quelque temps

Sur un des bras du Nil, aux rives de Canope.

Il y eut de fréquents entretiens sur des matières philosophiques avec Psénopis l’Héliopolitain [d’Héliopolis], et Sonkhis le Saïte [de Saïs]. Ce fut d’eux, au rapport de Platon, qu’il apprit ce que l’on raconte de l’île Atlantide27, dont il se proposa de mettre le récit en vers, pour le faire connaître aux Grecs. De là il passa en Cypre, où il se lia d’amitié avec un des rois du pays, nommé Philocypre [Philokypros], qui habitait une petite ville bâtie par Démophon, fils de Thésée, près du fleuve de Claros. Elle était située sur un lieu fort et escarpé, mais dans un terrain stérile et ingrat. Solon le persuada de transporter sa ville dans une belle plaine qui s’étendait au-dessous de ce rocher, et de la bâtir plus grande et plus agréable. Il aida même à la construire et à la pourvoir de tout ce qui pouvait y faire régner l’abondance et contribuer à sa sûreté. Elle fut bientôt si peuplée, qu’elle donna de la jalousie aux rois voisins. Philocypre, par une juste reconnaissance pour Solon, donna le nom de Soles à sa ville, qui auparavant s’appelait Aïpéia. Solon, dans une de ses élégies, où il adresse la parole à Philocypre, parle de la nouvelle fondation de cette ville :

Puissiez-vous, dans Soles, vous et vos descendants,
Régner longtemps heureux, voir vos sujets contents !
Moi, quand je quitterai cette île fortunée,
Que la belle Cypris, de myrte couronnée,
Me guide sans péril au vaste sein des flots !
Que pour récompenser mes soins et mes travaux
Elle me rende en paix au sein de ma patrie,
Et verse désormais ses bienfaits sur ma vie !

27. Quelques auteurs regardent comme controuvée son entrevue avec Crésus, et ils prétendent en prouver l’anachronisme. Mais un trait si généralement répandu, confirme par un si grand nombre de témoins, si analogue d’ailleurs aux mœurs de Solon, si digne de sa sagesse et de sa grandeur d’âme, ne doit pas être rejeté par la seule raison qu’il ne s’accorde pas avec quelques tables chronologiques que mille savants jusqu’à nos jours ont entrepris de réformer, sans avoir pu en concilier les contradictions. Solon donc étant allé à Sardes, à la prière de Crésus fit à peu près comme cet homme, né dans le continent, qui, la première fois qu’il alla voir la mer, prenait pour elle chaque rivière qu’il rencontrait sur sa route ; de même Solon, lorsqu’en traversant les appartements du palais il vit une foule de seigneurs magnifiquement vêtus, qui marchaient avec faste, entourés de gardes et de courtisans, il les prenait tous pour Crésus. Enfin il arriva jusqu’à ce prince, qui, pour se faire voir dans toute sa majesté, s’était paré ce jour-là de ce qu’il avait de plus précieux et de plus recherché en pierreries, en étoffes de diverses couleurs brodées en or, où la beauté du travail le disputait à la richesse de la matière. Solon, en paraissant devant Crésus, ne fit et ne dit, contre l’attente de ce prince, rien qui marquât la surprise et l’admiration ; il donna même à connaître aux gens sensés qu’il méprisait tout cet appareil de vanité comme la preuve d’un esprit faible ; Crésus commanda de lui montrer ses trésors, d’étaler à ses yeux toute la richesse et la magnificence de ses meubles ; mais Solon n’en avait pas besoin pour juger Crésus ; il lui suffisait de le voir. Après qu’il eut tout visité, et qu’on l’eut reconduit auprès de Crésus, ce prince lui demanda s’il avait connu quelqu’un plus heureux que lui. « Oui, lui répondit Solon : c’était un simple citoyen d’Athènes, nommé Tellos, qui, ayant vécu en homme de bien, laissa des enfants généralement estimés, et, après avoir été toute sa vie au-dessus du besoin, mourut avec gloire en combattant pour sa patrie. » Déjà Crésus le prenait pour un homme grossier et stupide, qui, au lieu de mesurer le bonheur sur la quantité d’or et d’argent qu’on avait, préférait la vie et la mort d’un simple particulier à une si grande puissance et à un empire si étendu. Cependant il lui demanda encore si, après ce Tellos, il avait vu un autre homme plus heureux que lui. « J’ai connu encore, répliqua Solon, Biton et Cléobis, deux frères qui s’aimaient tendrement, et qui avaient pour leur mère une si grande vénération, qu’un jour de fête, où elle devait aller au temple d’Héra, comme ses bœufs tardaient à venir, ils se mirent eux-mêmes au joug, et traînèrent le char de leur mère, qui était ravie de joie, et que tout le monde félicitait d’avoir de tels enfants. Après le sacrifice et le banquet, ils allèrent se coucher ; mais le lendemain ils ne se relevèrent pas, et ils eurent le bonheur de couronner une si grande gloire par une mort douce et tranquille28.

- Eh quoi ! reprit Crésus courroucé, vous ne me comptez donc pas au nombre des hommes heureux ? » Solon, qui ne voulait ni le flatter, ni l’irriter davantage, lui répondit : « Ô roi des Lydiens, nous autres Grecs, nous avons reçu de la divinité la médiocrité en partage ; mais elle nous a donné surtout une sagesse ferme, simple, et, pour ainsi dire, populaire. Elle n’a rien de cet éclat qui convient aux rois ; elle est la suite naturelle de cette médiocrité ; et en nous faisant voir la vie humaine agitée par des vicissitudes continuelles, elle ne nous permet ni de nous enorgueillir des biens que nous possédons nous-mêmes, ni d’admirer dans les autres une félicité que le temps peut détruire. L’avenir amène pour chacun de nous des événements imprévus. Celui donc à qui les dieux ont accordé jusqu’à la fin de la vie une prospérité constante est le seul que nous estimions heureux. Mais l’homme dont la carrière n’est pas achevée, et qui dès lors reste exposé à tous les périls de la vie, son bonheur est aussi flottant et aussi incertain que la couronne l’est pour l’athlète qui combat encore, et que le héraut n’a pas proclamé vainqueur. » Ces paroles affligèrent Crésus sans le corriger, et Solon se retira.

28. Le fabuliste Esope était alors à la cour de Lydie, où Crésus l’avait attiré et le traitait honorablement. Fâché que Solon n’eût pas mieux répondu à la faveur du roi, il lui dit en forme d’avis : « Solon, il faut ou ne jamais approcher des rois, ou ne leur dire que des choses agréables. — Dites plutôt, lui répondit Solon, qu’il faut ou ne pas les approcher, ou ne leur dire que des choses utiles. » Crésus eut alors beaucoup de mépris pour Solon ; mais lorsque dans la suite, vaincu par Cyrus, il eut vu sa capitale au pouvoir de l’ennemi ; que, lui-même fait prisonnier et condamné à être brûlé vif, il montait déjà, les mains liées, sur le bûcher, en présence de Cyrus et de tous les Perses, il éleva la voix autant que ses forces le lui permettaient et s’écria trois fois : « Ô Solon ! » Cyrus, étonné, lui envoya demander quel homme ou quel dieu était ce Solon qu’il implorait seul dans la dernière extrémité. Crésus, sans rien déguiser, lui répondit : « C’est un des sages de la Grèce que je fis venir à ma cour, non pour l’écouter et pour apprendre de lui ce que j’avais besoin de savoir, mais afin qu’après avoir été le témoin de ma puissance et de mes richesses, il allât attester à toute la Grèce une félicité dont la perte me cause aujourd’hui plus de mal que sa jouissance ne m’a jamais fait de bien. Je ne goûtais alors qu’un bonheur idéal, mais le revers que j’éprouve maintenant me plonge dans un malheur aussi réel qu’irremédiable. Cet homme sage, augurant, d’après la manière dont je vivais alors, ce qui m’arrive aujourd’hui, m’avertissait d’envisager la fin de ma vie, et de ne pas m’enfler d’orgueil par une confiance présomptueuse en un bonheur incertain. » Lorsqu’on eut rapporté cette réponse à Cyrus, ce prince, plus sage que Crésus, voyant la conjecture de Solon confirmée par un exemple si frappant, ne se contenta pas de délivrer Crésus, mais le traita de la ma nière la plus honorable le reste de sa vie. Ainsi Solon eut la gloire d’avoir, par un seul mot, sauvé la vie à un roi, et donné à un autre une leçon utile.

29. Cependant son absence avait replongé les Athéniens dans leurs premières dissensions. Les habitants de la plaine avaient Lycurgue à leur tête ; Mégaclès, fils d’Alcméon, était chef de ceux de la côte, et Pisistrate de ceux de la montagne. A ces derniers s’était jointe la tourbe des mercenaires, ennemis déclarés des riches. La ville observait encore les lois de Solon ; mais tous les citoyens mettaient leur espoir dans la nouveauté, et désiraient une autre forme de gouvernement ; non qu’aucun parti voulût rétablir l’égalité, mais chacun d’eux espérait gagner au changement et dominer les partis contraires. Les choses étaient en cet état quand Solon revint à Athènes. Il y fut reçu de tout le monde avec beaucoup d’honneur et de respect. Comme son grand âge ne lui permettait plus de parler et d’agir en public avec la même force et la même activité qu’auparavant, il s’aboucha avec les chefs des partis, et travailla, dans des conférences particulières, à mettre un terme à leurs différends et à les réconcilier ensemble. Pisistrate surtout paraissait entrer dans ses vues. Il était d’un caractère aimable, insinuant dans ses propos, secourable envers les pauvres, doux et modéré pour ses ennemis. Il savait si bien imiter les qualités que la nature lui avait refusées, qu’il paraissait les posséder à un plus haut degré que ceux qui en étaient doués naturellement, et qu’il passait généralement pour un homme modeste, réservé, zélé partisan de la justice et de l’égalité, ennemi déclaré de ceux qui voulaient changer la forme actuelle du gouvernement et introduire des nouveautés. C’était par cette dissimulation qu’il en imposait au peuple. Mais Solon, qui eut bientôt connu son caractère, vit aisément où il tendait ; et, sans rompre avec lui, il essaya de l’adoucir, de le ramener par ses avis. Il lui disait souvent à lui-même et aux autres que, si l’on pouvait déraciner de son âme cette ambition démesurée, cette soif de dominer dont il était dévoré, il n’y aurait pas dans Athènes de meilleur citoyen, ni d’homme plus fait pour la vertu.

Dans ce temps-là, Thespis commencait à donner une forme différente à la tragédie29, et la nouveauté du spectacle attirait tous les Athéniens. On n’avait pas encore établi des concours pour disputer le prix de la poésie. Solon, naturellement curieux de s’instruire, qui dans sa vieillesse se livrait davantage aux plaisirs et recherchait surtout la bonne chère et la musique, alla entendre Thespis, qui, suivant l’usage des anciens poètes, jouait lui-même ses pièces. Après le spectacle, il appela ce poète, et lui demanda s’il n’avait pas honte de mentir si publiquement. Thespis lui répondit qu’il n’y avait point de mal à dire et à faire de ces mensonges par manière de jeu. « Oui, reprit Solon en frappant avec force la terre de son bâton ; mais si nous souffrons, si nous approuvons un pareil jeu, nous le retrouverons bientôt jusque dans nos contrats. »

30. Cependant Pisistrate, après s’être blessé lui-même, se fit porter sur la place dans un chariot, et souleva la multitude en la persuadant que c’était ses ennemis qui, ne pouvant souffrir son zèle pour la république, l’avaient mis dans cet état. La populace commençait déjà à faire éclater son indignation par des cris, lorsque Solon, s’approchant de Pisistrate, lui dit : « Fils d’Hippocrate, tu copies mal l’Ulysse d’Homère : il ne se blessa que pour surprendre ses ennemis, et tu l’as fait pour tromper tes concitoyens. » Mais comme la populace était près d’en venir aux mains pour soutenir Pisistrate, on prit le parti de convoquer l’assemblée. Ariston ayant proposé qu’on accordât cinquante gardes à Pisistrate pour la sûreté de sa personne, Solon se leva, et combattit avec force cette proposition par des raisons qu’il inséra depuis dans ses poésies :

Par cet air de douceur que son maintien respire,
Par ses discours adroits vous vous laissez séduire,
Et vous ne voyez pas sa marche et ses projets.
Avez-vous à traiter vos propres intérêts,
Chacun a du renard la ruse et la finesse ;
Ensemble, vous n’avez ni raison ni sagesse.

Mais, voyant que les pauvres se déclaraient ouvertement pour Pisistrate et excitaient du tumulte, que les riches, effrayés, se retiraient de l’assemblée, il en sortit lui-même, et dit tout haut qu’il avait été plus prudent que les pauvres, qui n’avaient pas vu les intrigues de Pisistrate, et plus courageux que les riches, qui, en les voyant, n’avaient pas osé s’opposer à la tyrannie. Le peuple ayant confirmé le décret d’Ariston, Solon ne disputa point avec Pisistrate sur le nombre des gardes qu’on lui donnerait ; il lui en laissa prendre tant qu’il voulut, et Pisistrate se rendit enfin maître de la citadelle. Pendant le trouble que cette entreprise excita dans la ville, Mégaclès s’enfuit précipitamment avec les autres Alcméonides.

Solon, malgré son extrême vieillesse et cet abandon général, se rendit sur la place ; et, reprochant avec force aux Athéniens leur imprudence et leur lâcheté, il les exhortait, il les pressait vivement de ne pas trahir la cause de la liberté. Ce fut dans cette occasion qu’il dit ce mot devenu depuis si célèbre : « Avant ce jour, il vous eût été facile de réprimer la tyrannie naissante ; maintenant qu’elle est établie, il sera plus grand et plus glorieux de la détruire. » Mais quand il vit que la frayeur avait saisi tous les citoyens et que personne ne l’écoutait, il rentra chez lui, prit ses armes, et les posa dans la rue devant sa porte, en disant : « J’ai défendu autant qu’il m’a été possible la patrie et les lois. » Et depuis il se tint tranquille. Ses amis lui conseillaient de prendre la fuite ; mais il ne daigna pas même les écouter, et resta dans sa maison, s’occupant à flaire des vers, dans lesquels il reprochait aux Athéniens toutes leurs fautes :

Si votre lâcheté fit tout votre malheur,
N’accusez pas les dieux d’un honteux esclavage.
Le pouvoir du tyran n’est-il pas votre ouvrage ?
Le garde qui l’entoure assure sa grandeur.

31. On ne cessait pourtant de l’avertir que le tyran, irrité de ses vers, le ferait mourir ; et, comme on lui demandait sur quoi il se fiait pour parler avec tant d’audace : « Sur ma vieillesse, » répondit-il. Mais, quand Pisistrate fut devenu entièrement le maître, il donna à Solon tant de marques de considération et de bienveillance, il l’appela si souvent auprès de sa personne, qu’enfin ce législateur devint son conseil, et approuva la plupart des choses qu’il fit. Il est vrai que Pisistrate maintenait la plupart des lois de Solon, qu’il’était le premier à les observer, et les faisait observer à ses amis. Accusé de meurtre devant l’aréopage, tout revêtu qu’il était du pouvoir suprême, il partit modestement pour se justifier ; mais l’accusateur se désista de sa poursuite. Il fit lui-même quelques lois, et entre autres celle qui ordonnait que les citoyens qui auraient été estropiés à la guerre seraient nourris aux dépens du public. Cependant Solon, au rapport d’Héraclide, avait déjà fait rendre un pareil décret en faveur de Thersippe, et Pisistrate ne fit que l’imiter et rendre la loi générale. Théophraste prétend que la loi contre les gens oisifs n’est pas de Solon, mais de Pisistrate : elle contribua à faire mieux cultiver la campagne et à rendre Athènes plus tranquille.

32. Solon avait entrepris de mettre en vers l’histoire ou la fable des Atlantides, qu’il tenait des sages de Saïs, et qui intéressait les Athéniens. Mais il y renonça bientôt, non, comme Platon l’a dit, qu’il en fût détourné par d’autres occupations, mais plutôt à cause de sa vieillesse, et parce qu’il était effrayé de la longueur du travail : car il vivait alors dans un très grand loisir, comme il le dit lui-même dans ses vers :

Oui, je vieillis en apprenant toujours ;
et ailleurs,
Mes soins sont pour Bacchus, les Muses et Cypris :
Des plaisirs des mortels ces dieux font tout le prix.

Platon, s’emparant de ce sujet comme d’une belle terre abandonnée, et qui lui revenait par droit de parenté, se fit un point d’honneur de l’achever et de l’embellir. Il y mit un vestibule superbe, l’entoura d’une magnifique enceinte et de vastes cours, et y ajouta de si beaux ornements, qu’aucune histoire, aucune fable, aucun poème, n’en eurent jamais de semblables. Mais il l’avait commencé trop tard. Prévenu par la mort, il n’eut pas le temps de l’achever ; et ce qui manque de cet ouvrage laisse aux lecteurs autant de regrets que ce qui en reste leur cause de plaisir. De tous les temples d’Athènes, celui de Zeus Olympien est le seul qui ne soit pas fini ; de même, entre tant de beaux ouvrages que la sagesse de Platon a enfantés, son Atlantide est le seul qu’il ait laissé imparfait. Héraclide du Pont dit que Solon survécut assez longtemps à l’usurpation de la tyrannie par Pisistrate ; mais, si l’on en croit Phanias d’Érèse [de Lesbos], il ne vécut pas deux ans entiers car Pisistrate s’était emparé de l’autorité souveraine sous l’archonte Comias ; et Solon, suivant le même Phanias, mourut sous l’archonte Hégestratos, successeur de Comias. On a dit que ses cendres avaient été semées dans l’île de Salamine ; mais c’est le conte le plus absurde et le plus destitué de vraisemblance30. Il est cependant rapporté par plusieurs auteurs dignes de foi, et même par le philosophe Aristote.


Notes[modifier]

1. Didyme d’Alexandrie, grammairien de l’école d’Aristarque, florissait du temps d’Auguste. Il se rendit très célèbre par ses travaux immenses et par la multitude presque infinie de ses ouvrages, qu’il porta, dit-on, jusqu’au nombre de quatre mille, et qui étaient, pour la plupart, des commentaires sur un très grand nombre d’orateurs et de poètes grecs. Aucun de ces ouvrages n’est parvenu jusqu’à nous, car on n’est pas sûr qu’il soit l’auteur d’un traité sur toutes les espèces de marbres et de bois, qui était en manuscrit dans la bibliothèque du collège des jésuites, quoiqu’il porte le nom de Didyme d’Alexandrie. Quant aux Scholies d’Homère, que nous avons également sous son nom, elles ne sont pas de lui, et ont été extraites de divers auteurs par un autre Didyme, bien postérieur à celui d’Alexandrie.

2. Asclépiade, dont il est question tout de suite, était de Myrlée en Bithynie, et vivait du temps du grand Pompée. Il était grammairien de l’école d’Apollonius, et avait corrigé les ouvrage, de plusieurs philosophes, comme Aristarque avait corrigé ceux des poètes. Cet écrit ne nous a pas été conservé, et on ne peut qu’en regretter la perte. Il y eut un autre Asclépiade, plus jeune que celui-ci, qui avait fait un traité de grammaire ; il était aussi de Myrlée.

3. On trouve deux Philoclès, tous deux poètes tragiques, dont le plus ancien était neveu d’Eschyle, et un troisième, poète comique, qu’Aristophane maltraite fort dans ses pièces.

4. Plusieurs auteurs anciens s’accordent à donner de grands éloges à Pisistrate. Hérodote (I, 19), dit que, devenu maitre d’Athènes, il régna sans troubler l’exercice des magistratures, et sans altérer les lois ; qu’il mit le bon ordre dans la ville, et la gouverna sagement suivant ses usages. Cicéron, dans son troisième livre De l’orateur, ch. xxxiv, le donne pour un des hommes les plus éloquents et les plus instruits de son siècle. Il lui attribue d’avoir le premier recueilli les poésies d’Homère, auparavant éparses et confuses, et de les avoir mises dans l’ordre où elles étaient au temps de Cicéron. Nous avons cependant vu dans la vie de Lycurgue que ce législateur avait le premier rassemblé les poésies d’Homère, et les avait portées d’Ionie en Grèce. Diogène Laërce en fait honneur à Solon, qui, dit-il dans la vie de ce législateur (liv. I, seg. 57) a plus fait pour la gloire d’Homère que Pisistrate. Enfin Platon, dans son Hipparque, l’attribue à Hipparque, fils de ce tyran. Mais il est possible d’accorder ces différentes opinions. Lycurgue aura pu faire un premier recueil de ces poésies ; Solon y aura travaillé ensuite ; et après lui Pisistrate leur aura donné un nouvel ordre, et aura été peut-être aidé par son fils Hipparque, qui, selon Elien (Var. hist., I. VIII ch. 2) les apporta le premier à Athènes.

5. Solon en défendant aux esclaves de se frotter à sec, leur interdisait les exercices du Gymnase ; l’une de ces défenses était renfermée dans l’autre. Les anciens appelaient sueur sèche celle que procurent des exercices violents, par opposition à celle que provoquent les bains et les étuves. Ils appelaient aussi onction sèche celle des athlètes, qui, après s’être frottés d’huile, se roulaient le corps dans la poussière... il est donc évident que cette disposition de la loi de Solon interdisait aux esclaves l’entrée des Gymnases. Plutarque a raison de regarder la défense faste aux esclaves d’aimer les jeunes gens comme une preuve de la faiblesse de Solon par rapport aux voluptés, car on ne peut douter qui ne s’agisse ici d’un amour criminel.

6. Il y avait dans le Céramique, ou l’Académie, un autel de Prométhée, où commençait la course des flambeaux, qui se faisait trois fois l’année à Athènes, la première en l’honneur d’Athéna, la seconde pour Héphaïstos, et la troisième à la fête de Prométhée. Les atlhètes allumaient leurs flambeaux près de cet autel, et couraient vers la ville. Il fallait, pour remporter la victoire, conserver son flambeau allumé jusqu’à la fin de la course : le premier dont le flambeau s’éteignait cédait la place au suivant, le second au troisième, et ainsi de suite, à mesure que les flambeaux s’éteignaient. Si aucun des coureurs ne le conservait allumé pendant toute la course, le prix n’était pas adjugé.

7. Hermippos, historien de Smyrne, vivait sous Ptolémée Evergète, roi d’Egypte. Les anciens citent de lui plusieurs ouvrages historiques, et en particulier des Vies des hommes célèbres par leur science. On loue l’exactitude de ses recherches.

8. Dans les anciennes éditions grecques, Protus (Protis) n’est pas écrit comme un nom propre, et les interprètes ont traduit ainsi ce passage : le premier qui fonda Marseille. Mais Plutarque avait sûrement nommé le chef de la colonie qui fonda Marseille, comme il nomme les autres personnages qu’il cite pour s’être livrés à un commerce honorable, afin de justifier celui qu’avait fait Solon ; et il aurait été facile aux traducteurs de corriger le texte de Plutarque d’après Justin, qui, en racontant, dans son quarante-troisième livre, ch. iii, la fuite des Phocéens qui se dérobèrent à l’oppression des Perses, et allèrent fonder Marseille près de l’embouchure du Rhône, dit que Simus et Protis étaient les chefs de cette expédition. Il est probable que Plutarque avait aussi écrit Protis, et que ce nom, peu connu des copistes, aura été changé en celui de Protus, qui lui-même, n’en étant pas plus connu comme nom propre, sera devenu, sous leur plume, un nom commun, que les éditeurs et les interprètes ont trop fidèlement copié, sans soupçonner l’altération. Aristote, cité par Athénée, liv. XIII, c. v, donne aussi le nom de Protis au chef des fondateurs de Marseille, et dit, dans sa République des Massiliens, ou Marseillais, que de son temps encore il y avait à Marseille une famille des Protiades. Strabon, liv. IV, parle assez au long de la fondation de cette ville par les Phocéens ; mais il ne nomme pas les chefs de la colonie.

9. Cet Hippocrate, différent du célèbre médecin, n’est pas connu d’ailleurs

10. Ce surnom venait d’un temple qu’Apollon avait sur l’Isménos, qui coulait au pied de Thèbes en Béotie.

11. Anacharsis, Scythe de nation, et de la race royale, mérita, par son savoir, par son esprit et par ses vertus, d’être mis au nombre des sept sages. Il alla à Athènes vers la quarante-septième olympiade, environ six cents ans avant J.-C. De retour dans sa patrie, il voulut changer les lois des Scythes, et leur faire adopter celles des Grecs ; mais il fut tué à la chasse, d’un coup de flèche, par son frère.

12. C’était le costume d’un homme malade : car Platon, dans le troisième livre de sa République, met au nombre des ordonnances du médecin de tenir sa tête couverte d’un chapeau.

13. Périphémos n’est point connu d’ailleurs ; Cychréus était roi de Salamine.

14. Diogène Laërce dit au contraire que l’usage des Athéniens était d’enterrer les morts le visage tourné vers le levant ; mais ses commentateurs regardent cette assertion comme une erreur ; d’autant qu’Elien, (Var. hist., liv. V 11, c. xix) est d’accord avec Plutarque. Il est vrai qu’il lui est contraire sur la manière dont les Mégariens enterraient leurs morts : il prétend que ce peuple les enterrait sans leur donner une posture déterminée, et comme cela se rencontrait.

15. Cirrha, anciennement nommée Crissa, sur le golfe de Corinthe, était éloignée de Delphes de soixante stades. Ses habitants ayant fait une irruption sur le territoire de cette dernière ville, et commis plusieurs impiétés contre Apollon, les amphictyons déclarèrent la guerre à ces sacrilèges, et en confièrent le soin à Clisthène, tyran de Sicyone. Ils firent aussi venir Solon d’Athènes pour aider ce général de ses conseils. Ils allèrent d’abord consulter Apollon sur le succès de cette guerre, et le dieu leur répondit qu’ils ne se rendraient maîtres de Cirrha que lorsque les flots de la mer baigneraient son territoire. L’éloignement où la ville de Cirrha était de la mer rendait le sens de cet oracle difficile à entendre ; mais Solon leva la difficulté en proposant de consacrer à Apollon toutes les terres qui dépendaient de Cirrha, et qui s’étendaient jusqu’au golfe de Corinthe. Par ce moyen les flots de la mer se trouvèrent baigner le territoire d’Apollon, et la ville fut prise. Les amphictyons punirent les Cirrhéens de leur impiété, et, depuis ce temps-là, leur ville devint l’arsenal de Delphes. Solon cependant ne s’en fia pas tellement à ce moyen qu’il n’employât aussi la ruse. Il détourna le cours du Plistos, qui portait ses eaux dans la ville ; mais les habitants ayant trouvé une ressource dans les citernes, qui leur fournissaient assez d’eau, Solon fit jeter une grande quantité de racines d’ellébore dans les eaux du Plistos ; et lorsqu’il crut qu’elles étaient suffisamment imprégnées du suc de ces racines, il fit rentrer la rivière dans son premier lit. Les Cirrhéens, ayant bu de cette eau avec avidité, furent attaqués d’un dévoiement continuel qui les força d’abandonner la défense de leur ville, et elle tomba ainsi facilement au pouvoir des ennemis. (Pausanias, liv. X, c. xxxvii.) Cet Evanthes de Samos, dont il est question plus bas, n’est point connu d’ailleurs. Il y a eu deux autres écrivains de ce nom, l’un de Cyzique et l’autre de Milet. Athénée (liv. VII, c. xii) cite un hymne sur Glaucos, d’un Evanthès, poète héroïque.

16. Hérodote (liv. V, ch. Lxxi) rapporte ce fait plus abrégé, et Thucydide (liv. I, ch. Cxxvi) le raconte plus en détail et plus clairement que ces deux historiens. Le lecteur ne sera pas fâché de le trouver ici. J’en prends la traduction dans les notes de M. Larcher sur cet endroit d’Hérodote. Cylon d’Athènes, dit Thucydide, avait remporté la victoire aux jeux olympiques ; il était d’une naissance illustre, et avait beaucoup de crédit. Etant allé consulter l’oracle de Delphes, le dieu lui répondit de s’emparer de la citadelle d’Athènes le jour de la plus grande fête de Zeus. Avec le secours de ses amis, il se rendit maître de la citadelle, dans la vue d’usurper la tyrannie, lorsque les Olympiennes arrivèrent dans le Péloponnèse, parce qu’il regardait cette fête comme la plus grande de celles de Zeus, et qu’elle avait quelque rapport avec lui, à cause de la victoire qu’il y avait gagnée. Mais il ne fit point attention si l’oracle voulait parler de la plus grande fête qui se célébrât en l’honneur de ce dieu, dans l’Attique ou ailleurs, et le dieu ne s’était pas expliqué là-dessus.... Cylon, s’imaginant avoir bien saisi le sens de l’oracle, commenta l’entreprise. Les Athéniens accoururent de la campagne, et l’assiégèrent avec ses complices. Mais comme le siège traînait en longueur, et qu’ils en étaient fatigués, ils se retirèrent pour la plupart, et confièrent aux neufs archontes la garde de la citadelle et le soin de régler tout définitivement de la manière qui leur paraîtrait la plus avantageuse... Les assiégés souffraient beaucoup de la faim et de la soif. Cylon s’échappa avec son frère. A l’égard des autres, ou ils périrent de faim, ou ils se réfugièrent à l’autel qui est dans la citadelle. Ceux à qui la garde de la citadelle avait été confiée, les voyant mourir dans le lieu sacré, les en firent sortir, en leur promettant de ne leur point faire de mal, et les ayant emmenés, ils les tuèrent, aussi bien que quelques autres qu’ils trouvèrent en posture de suppliants près de l’autel des Euménides. Ces hommes furent en conséquence voués à l’anathème, ainsi que leur race. Les Athéniens les bannirent. Cléomènes, roi de Lacédémone, les chassa aussi dans la suite, et dans un temps où Athènes était divisée en factions. On ne se contenta pas d’exiler les vivants, on exhuma les cendres des morts et on les jeta hors de l’Attique. Les bannis revinrent après, et leurs familles existent encore à présent dans la ville. La conjuration de Cylon éclata six cent douze ans avant notre ère, puisque Mégaclès était pour lors archonte, comme Plutarque va le dire. Son archontat est de la première année de la quarante-deuxième olympiade. D’autres la placent à la quarante-cinquième.

17. Epiménide, selon Plutarque et Strabon (liv. X) était né à Phaestos en Crète. Diogène Laërce le fait natif de Cnossos, dans cette même île, et fils de Phaestios. C’est un des hommes les plus célèbres de l’antiquité, et sur le compte duquel on a débité le plus de fables. Tout le monde connaît celle de son sommeil de cinquante ou même cinquante-sept ans dans une caverne où il était entré pour se reposer des courses qu’il avait faites en cherchant une brebis que son père avait perdue. L’expiation d’Athènes est placée par Suidas à la quarante-quatrième olympiade, à la quarante-cinquième par Eusèbe, et à la quarante-sixième par Diogène Laërce, qui lui donne pour motif une peste qui ravageait cette ville, quoiqu’il rapporte aussi la cause que Plutarque en assigne. Suivant Diogène Laërce, les Athéniens, sur une réponse de la Pythie, envoyèrent chercher Epiménide en Crète par Nicias, pour venir purifier Athènes.

18. Phanias, d’Erèse ou Eresse, ville de l’île de Lesbos, avait été disciple d’Aristote, et était auteur de plusieurs ouvrages d’histoire et de physique.

19. En Grèce, les propriétaires qui avaient engagé pour dettes leurs terres ou leurs maisons étaient obligés de mettre des écriteaux qui marquaient les sommes pour lesquelles ces biens étaient hypothéqués.

20. Dracon, qui fut archonte d’Athènes la quatrième année de la trente-neuvième olympiade, donna ses lois aux Athéniens la même année. Elles portaient l’empreinte de son caractère et de ses mœurs, qui avaient été toujours très sévères. Leur extrême rigueur les fit bientôt négliger. Suivant Aulu-Gelle, liv. XI, c. xviii, elles tombèrent en désuétude, et Solon finit par les abroger. Dracon était d’ailleurs, au jugement de ce même écrivain, un homme de bien, d’une grande prudence, et rempli de lumières ; mais son zèle l’avait égaré dans les peines qu’il avait établies.

21. Philoctète, l’ami et le compagnon d’Héraclès, avait hérité de ses flèches, qui étaient teintes du sang venimeux de l’hydre de Lerne. Une de ces flèches lui étant tombée sur le pied, la plaie rendit tant de puanteur, que les Grecs furent obligés de le laisser dans l’île de Lemnos, où il souffrait des douleurs incroyables. Le besoin qu’on avait de ces flèches, dont il était le maître, fit députer vers lui, et on obtint qu’il allât au siège de Troie, cette ville ne pouvant être prise si on n’avait les flèches d’Héraclès. Sophocle a fait une tragédie sur ce sujet.

22. La peine que Dracon avait prononcée contre les gens oisifs était la mort ; et Valère-Maxime (liv. II, c. vi) dit qu’il avait emprunté cette loi de l’Egypte. Solon en adoucit la rigueur, et commua la peine de mort en celle de l’infamie envers ceux qui y avaient contrevenu trois fois ; ceux qui n’y avaient manqué qu’une fois étaient condamnés à une amende de cent drachmes. Tous les auteurs cependant ne s’accordent pas sur la peine de mort infligée par Dracon aux gens oisifs. Pollux (liv. VIII, c. VI, n°42) prétend qu’ils n’encouraient que l’infamie. Diphilus, cité par Athénée (I. V I, c. iii), parle d’une loi à peu près semblable en vigueur à Corinthe. « Il y a, dit-il, dans cette ville, une loi suivant laquelle, si l’on voit quelqu’un vivre avec splendeur, on lui demande d’où il tire de quoi fournir à sa dépense... Si un homme sans biens vit magnifiquement, on le livre au bourreau. Il n’est pas possible en effet qu’un tel homme puisse vivre sans faire de mal. Il faut nécessairement qu’il vole la nuit les passants, qu’il perce le mur d’une maison. On fait bien de purger un état de pareilles pestes.»

23. Dracon avait condamné les adultères à la peine de mort ; mais Solon ne voulut pas qu’on fût assujetti aux formalités de la justice, et donna la permission de tuer ceux qu’on y surprenait. Cette loi est non seulement trop sévère, mais encore injuste et contraire à la saine politique, en ce qu’elle autorise les vengeances particulières, qu’une sage législation doit toujours proscrire. C’est parce qu’on a senti qu’un homme qui venge lui-même ses offenses est toujours exposé à passer les bornes d’une juste modération, que la loi s’est chargée d’exercer publiquement cette vengeance. L’ordonnance de Solon avait sans doute pour motif de faire respecter, par la crainte d’un châtiment si prompt, la sainteté du mariage, à ceux qui ne sauraient y être portés par le seul amour de l’ordre. La loi qui dispensait de l’obligation de nourrir leur père les enfants nés d’une courtisane devait être fondée sur le même motif. En général, les législateurs anciens, pénétrés de la dignité du lien conjugal, ont appliqué tous leurs soins à la maintenir.

24. Les oliviers étaient fort communs dans l’Attique : ainsi on pouvait, sans inconvénient, en permettre l’exportation ; les autres fruits y étaient rares, et devaient être conservés dans le pays, pour servir à la nourriture de ses habitants.

25. Le nom de parasite, devenu si odieux dans les derniers temps, avait été d’abord, suivant Athénée (liv. VI, c. vi) honorable et saint. Il signifiait proprement alors un homme prompt et toujours prêt à agir ; ensuite il exprima un commensal de la table des sacrifices. Il y avait même un collège de parasites auquel on se faisait honneur d’être agrégé ; ils étaient chargés de choisir et de marquer les blés destinés pour les offrandes sacrées. Ils avaient à peu près les mêmes fonctions que les officiers nommés par les Romains epulones, lesquels, suivant Festus, tiraient leur nom du soin qu’ils avaient de régler les repas, epulas, qu’on dressait pour Jupiter et pour les autres dieux. Solon donc avait ordonné que chaque tribu ferait tous les mois un sacrifice qui serait suivi d’un repas public auquel les Athéniens de la même tribu seraient obligés d’assister tour à tour. Ceux qui, nommés pour cela, manquaient de s’y trouver, étaient déférés au conseil, et obligés de rendre compte de leur conduite.

26. L’auteur de l’Etymologicon, copié par Suidas, dit que les cyrbes étaient des tables sur lesquelles on inscrivait les fêtes des dieux ; et que leur nom venait de krupto, verbe grec qui signifie cacher, parce que les sacrifices qu’on faisait aux dieux ne devaient pas être divulgués. Il dit aussi qu’Asclépiade, d’après Phanias d’Ephèse, fait venir ce nom de celui d’un certain Cyrbis qui avait réglé les lois et les usages des sacrifices. D’autres le tiraient de deux, mots grecs kuroo et bios, établir, sanctionner les lois de la vie. Eratosthène disait que les cyrbes étaient de forme triangulaire ; Aristophane leur donnait, comme Plutarque, celle d’essieux, mais avec cette différence que les essieux contenaient les lois civiles, et que les ordonnances relatives aux sacrifices étaient écrites sur les cyrbes. Les uns et les autres représentaient une espèce de buffet, de la hauteur d’un homme, auquel étaient adaptés des bois carrés, dont les côtés étaient larges et remplis d’écriture. On y avait attaché des agrafes de fer, par le moyen desquelles ceux qui voulaient lire les lois pouvaient aisément faire tourner les essieux et les cyrbes. Cela donna lieu à l’expression proverbiale les cyrbes de maux, parce que les lois écrites sur ces tables contenaient les peines portées contre les criminels ; on l’appliquait aux hommes connus pour de grands scélérats. Voyez l’Etymologicon, et Suidas, invoce Kurbeis. Les vers du poète comique Cratinus, rapportés ensuite par Plutarque, font entendre que, de son temps, les lois de Solon étaient méprisées, et qu’on faisait du feu des rouleaux sur lesquels elles étaient écrites. Cratinus vivait du temps de Périclès, environ cent cinquante ans après Solon.

27. Platon, dans son Timée, rapporte que Solon apprit d’un des plus anciens prêtres d’Egypte, qu’il ne nomme pas, qu’il y avait dans ce vaste Océan qui est à l’occident de l’Afrique une île très considérable, habitée par un des plus anciens et des plus puissants peuples de l’univers, appelés les Atlantes, du nom de l’île, qui se nommait Atlantide. Les uns croient qu’elle a été abîmée dans les flots par quelque révolution dont on ne trouve point de traces dans l’histoire ; d’autres en regardent l’existence comme fabuleuse. Le peu de monuments qui nous restent sur ce peuple laisse un libre champ aux conjectures. Platon, celui des anciens qui en a parlé avec plus de détail, dit, dans son Critias, que les Atlantes sortirent de leur île avec une flotte et une armée innombrables ; qu’ils se jetèrent sur une grande partie de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique ; qu’ils soumirent presque la terre entière ; mais qu’après une suite de victoires et de conquêtes étonnantes, cette puissance formidable, qui menaçait de tout envahir, alla échouer contre la valeur des Athéniens, qui submergèrent leur flotte et les défirent entièrement. Cet ouvrage de Platon ne nous est malheureusement parvenu qu’incomplet. Nous verrons, à la fin de cette vie, l’éloge que Plutarque en fait, et les regrets qu’il témoigne sur cette perte.

28. Plutarque, dans son traité de la consolation, dit que la mère de ces deux jeunes gens était prètresse d’Héra à Argos ; qu’après le trait de piété filiale de ses enfants, elle pria les dieux de leur donner ce qu’il y avait de meilleur pour les hommes, et que la déesse récompensa leur vertu par le don de la mort.

29. Avant Thespis, la tragédie n’était qu’un chœur dont les acteurs chantaient des hymnes en l’honneur de Dionysos ; ce spectacle grossier terminait les fêtes qui accompagnaient les vendanges. Thespis imagina de varier ces chants trop uniformes en mêlant à ce chœur un personnage qui venait interrompre les chants des acteurs par le récit de quelque aventure célèbre. L’Alceste est une des premières pièces qu’il fit jouer, et dont la date est placée, par la Chronique de Paros, à la première année de la soixante et unième olympiade. Corsini, dans ses Fastes attiques, ne croit pas que Thespis ait débuté par cette tragédie ; il pense qu’il avait déjà composé d’autres pièces d’un plus mauvais goût, et que celle d’Alceste est particulièrement citée comme plus régulière, d’un caractère plus noble que toutes celles qu’il avait données jusque alors.

30. Ce conte avait été sans doute imaginé sur l’histoire de Lycurgue, dont on sait qu’à la fin de sa vie, ses cendres furent jetées dans la mer par son ordre. Le poète Cratinus, dans une de ses comédies, fait parler Solon conformément à cette tradition, quoique pourtant d’une manière qui donne assez à entendre que, de son temps, elle ne passait pas pour certaine ; il lui fait dire : « J’habite l’île de Salamine, si la tradition est véritable, car mes cendres sont semées dans tout ce territoire d’Ajax. » Diogène-Laërce, qui rapporte ces vers (liv. I, seg. 62), fait mourir Solon en Cypre.