« Au temps de nos amours, en hiver, en décembre »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

III

Quod mihi si secum tales concedere noctes

Illa velit, vitæ longus et annus erit ; Si dabit hæc multas, fiam immortalis in illis Nocte una quivis vel Deus esse potest..

PROPERCE.


Au temps de nos amours, en hiver, en décembre,
Durant deux nuits souvent enfermés dans sa chambre[1],
Sans ouvrir nos rideaux, sans lever nos verrous,
Ardents à dévorer l’absence du jaloux,
Nous avions, dans nos bras, éternisé la vie ;
Tous deux, d’une âme avide et jamais assouvie.
Redoublant nos baisers, irritant nos désirs.
Nous n’avions dit qu un mot entre mille soupirs.
Nous n’avions fait qu un rêve, — un rêve de chaumière,
D’âge d’or, de printemps, de paisible lumière.
De fuite ensemble au loin, d’amour au sein des bois.
D’entretiens, chaque soir, sans fin, à demi-voix :
Et tout cela confus, comme dans un nuage ;
Et dehors, cependant, la bise faisait rage.
Et la neige à flocons aux vitres s’entassait ;
Et lorsque après deux nuits le matin commençait.
Lorsque, sans plus tarder, glissant par sa croisée,
Je la laissais au lit haletante et brisée.
Et que, tout tiède encor de sa molle sueur,
L’œil encor tout voilé d’une humide lueur,

Le long des grands murs blancs, comme esquivant un piège,
Le nez dans mon manteau, je marchais sous la neige,
Mon bonheur ici-bas m’avait fait immortel ;
Mon cœur était léger, car j’y portais le ciel ;
Mon pied impatient, touchant la terre à peine,
Bondissait ; et toujours je sentais son haleine
Et ses moites baisers ; et fatigue, et péril,
Et froid, j’oubliais tout : tel l’amant en avril
S’ouvre dans les lilas sa route parfumée,
Ou tel un jeune dieu suit la mortelle aimée.



  1. .............Εἴ τις Ἐρώτων
     λάτρις, νύϰτας ἔχειν ὤφελε Κιμμερίων.


    « Quiconque est serviteur des Amours devrait avoir les nuits des Cimmériens. » Paul le Silentiaire (Anthologie palat., V, Erotica, 283).