Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Presupposes, mortel, quant l’esclairante flame »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 37).
XXV.


Presupposes, mortel, quant l’esclairante flame
De tes jours sera morte, Epicure pourceau
Que rien ne te survive, & que mesme tombeau
Que l'on prepare au cors, soit preparé à l'ame :

Et quant la froide mort deuvidera la trame
De tes jours passagers, qu'autre monde plus beau,
Autre estat, autre lieu, autre pays nouveau
Ne te sera donné sous la muette lame :

Presupposes, mortel, que ce que l'on te dit
De la vie ETERNELLE, est un contre à crédit,
Niant du tout la cause, & premiere, & seconde :

Si ne devrois tu pas de la mort avoir peur
Quant elle ne feroit, pour finit ton mal-heur
Seulement que te mettre hors des peines du monde.