« Tant qu’on verra l’amour pleurer, la haine rire »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Tant qu’on verra l’amour pleurer, la haine rire,
Le mal régner,
Le dogme errer, l’autel mentir, Néron proscrire,
Jésus saigner,

Tant qu’on aura des rois, des églises athées,
D’affreuses tours,
Des peuples que la chaîne étreint, des Prométhées
Sous les vautours,

Tant que je sentirai, cœur où rien ne mutile
Le fier devoir,
Que le vol d’une strophe irritée est utile
Dans le ciel noir,

Je combattrai ! Je sais que je serais un lâche
D’être autrement ;
Je ne me laisserai détourner de ma tâche,
Ô firmament !

Par rien, ni par avril, ni par l’ombre ingénue
Des verts taillis,
Ni par les prés en fleurs, ni par la gorge nue
D’Amaryllis.

En présence de tant de nations qui pleurent
Sous le ciel bleu,
Des tyrans qui, blanchis par le prêtre, demeurent
Noirs devant Dieu,

Et de vous tous, vivants, en proie aux vils mensonges,
Aux rois voleurs ;

Qui flottez dans un rêve, et n’avez hors des songes
Que les douleurs ;

En présence des maux, des crimes et des fautes,
Des longs combats,
Des hontes, des orgueils, de tant de têtes hautes
Et de cœurs bas ;

France, tant qu’il faudra qu’une lueur éclaire
L’affreux récif,
Je resterai fidèle à la sombre colère,
Au deuil pensif ;

Je dirai sans relâche et redirai sans trêve
La vérité ;
Je serai dans l’écume obscure de la grève
Une clarté ;

Je serai ce fantôme, un juge ; et ma voix triste
Sera l’écho
De ce clairon farouche à qui rien ne résiste
Dans Jéricho ;

Je ne quitterai point, grande France trahie,
Mon tribunal !
Avant que je me taise, ô tragique Isaïe,
Ô Juvénal,

Ô Dante, Ézéchiel à l’œil visionnaire,
Fier d’Aubigné,
On verra dans les cieux s’arrêter le tonnerre,
Époumoné.

2 décembre.